Pour une réforme de la justice, 2/2.

Ceci est la traduction d’une revue d’articles de juillet 2021.

Neuroscience, empathie et crimes violents dans une population incarcérée : Un examen narratif.

Introduction.

L’empathie est un concept fondamental qui permet aux individus de percevoir et de comprendre l’état cognitif et émotionnel des autres. L’empathie n’est pas seulement un concept psychologique et sociologique ; elle a également un impact important sur notre vie quotidienne en influençant nos décisions et nos actions. L’empathie est liée et implique des parties spécifiques du cerveau qui, si elles sont endommagées ou de volume réduit, peuvent conduire à des actions moralement injustes, agressives, ou dénotant simplement un manque de compréhension et de sensibilité. La littérature affirme que le faible niveau d’empathie, de culpabilité, d’embarras et de raisonnement moral dont font preuve les criminels violents et psychopathes est fortement associé à des régions cérébrales liées à l’empathie de plus petite taille ou moins développées. L’objectif de cette revue est de montrer les données empiriques des 5 dernières années sur le lien entre l’empathie et les neurosciences chez les délinquants violents et psychopathes, en réfléchissant aux futures recherches sur le sujet.

Empathie et Neuroscience.

Définition de l’empathie.

Le concept d’empathie n’a pas de définition universellement reconnue, car les études précédentes se sont concentrées sur les aspects philosophiques et comportementaux1. Dernièrement, la recherche s’est concentrée sur l’identification des processus sous-jacents du réseau neuronal. Les neurosciences ont apporté une contribution importante à la compréhension de la base neuronale de l’empathie. Selon une définition récente, le processus empathique se produit lorsque l’observation ou l’imagination des états affectifs d’autrui induit des sentiments partagés chez l’observateur et implique diverses composantes telles que le partage affectif, la conscience de soi et la différenciation entre soi et l’autre2. L’empathie contribue au développement d’interactions sociales positives et nous aide à comprendre et à réagir aux comportements des autres.

Cependant, l’empathie n’est pas automatique ou obligatoire. En effet, notre réaction aux sentiments d’autrui découle d’une série de facteurs tels que la situation, l’empathie, les croyances et les objectifs par rapport aux émotions d’autrui. Par exemple, la souffrance d’inconnus peut ne pas nous affecter parce que nous ne sommes pas motivés ou intéressés à nous impliquer dans leurs sentiments ; cependant, si nous assistons à la souffrance d’amis ou de membres de notre famille, l’activation de l’empathie change. Un exemple est la réaction aux pleurs d’un enfant ; certaines personnes peuvent être agacées, d’autres peuvent se mettre à la place du parent embarrassé, d’autres encore peuvent se mettre à la place de l’enfant qui souffre, et notre activation empathique change, que cet enfant soit notre petit-fils ou un étranger.

Ce large éventail de réactions dépend de caractéristiques intrapersonnelles et situationnelles. Par ailleurs, notre capacité à comprendre les sentiments des autres n’est pas nécessairement liée à une attitude prosociale. L’empathie doit être régulée. Un excès d’empathie ou un manque d’empathie dénote une incapacité des individus à s’adapter aux situations. Par rapport aux animaux, les humains ont des capacités cognitives supérieures. Par exemple, les humains peuvent traiter les états émotionnels des autres en utilisant la théorie de l’esprit3, telle que définie par la psychologie du développement. Cet aspect évolutif peut conduire à des actions prosociales extraordinaires, telles que l’attention portée aux individus d’espèces différentes, et aux pires actions, comme la violence et la déshumanisation. Certains individus, comme ceux qui commettent des crimes violents et ceux qui souffrent de psychopathie, présentent souvent des déficits d’empathie. Il est donc nécessaire de mieux comprendre la composante de l’empathie et son développement neurologique.

Evolution et types d’empathie.

Selon la psychologie du développement et la psychologie sociale, l’empathie est la réponse affective dérivée de la compréhension des sentiments d’autrui. Les premières manifestations d’empathie apparaissent pendant l’enfance chez les nourrissons (6 mois), qui préfèrent les personnages altruistes aux personnages non coopératifs4. Les enfants de 18 à 25 mois ont tendance à sympathiser avec les autres en l’absence de stimuli émotionnels, expérimentant une certaine forme de prise de recul affective5. De plus, les comportements prosociaux émergent à 12 mois, une période pendant laquelle les enfants peuvent s’occuper de personnes qui ont besoin d’aide6.

D’un point de vue clinique et neurobiologique, l’empathie peut être différenciée en empathie affective et empathie cognitive7. L’empathie affective est définie comme la capacité de comprendre et de partager les expériences émotionnelles d’autrui par une réponse autonome, tandis que l’empathie cognitive est définie comme la capacité de comprendre et de partager le point de vue d’autrui, permettant des inférences sur les états mentaux ou émotionnels8. L’empathie affective est involontaire et se développe plus tôt que l’empathie cognitive. Elle est liée à la réponse somato-sensori-motrice, comme le sentiment de détresse éprouvé par les enfants lorsqu’un autre enfant pleure9. La composante cognitive de l’empathie est liée à la Théorie de l’esprit (la capacité d’interpréter l’état mental des autres, leurs pensées et leurs croyances), aux fonctions exécutives de l’attention, de la mémoire et de l’autorégulation. Tant la théorie de l’esprit que l’autorégulation sont associées au fonctionnement du cortex préfrontal (régions médiane et dorsolatérale) et des structures limbiques sous-corticales10. Le cortex préfrontal continue de se développer à l’adolescence et à l’âge adulte. Cette zone du cerveau est également responsable du contrôle des émotions et des actions d’une personne11.

L’empathie fait intervenir plusieurs zones du cerveau qui ne se limitent pas au cortex mais incluent également le système nerveux autonome (ASN), l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) et le système endocrinien, associés à la régulation des états émotionnels et corporels. Selon les composantes de l’empathie cognitive et affective, les scientifiques ont identifié deux modèles de traitement de l’empathie12 : un modèle ascendant associé à la composante affective et un modèle descendant lié à la composante cognitive. Le traitement ascendant est médié par l’amygdale, l’hypothalamus et le cortex orbitofrontal (COF) pour l’excitation affective ; le traitement descendant est associé à l’insula antérieure (IA), au cortex préfrontal médian (CPM) et au cortex préfrontal ventromédian (CPVm) pour la conscience des émotions, et au COF, au CPM et au cortex préfrontal dorsolatéral (CPDL) pour la régulation des émotions, le contrôle des émotions et la motivation. Les deux modèles de traitement sont connectés et influencés par l’ASN et le système endocrinien13.

Circuit empathique et réseau central de l’empathie.

La recherche sur les substrats neuronaux impliqués dans le circuit de l’empathie a été guidée par l’hypothèse selon laquelle il existe un réseau partagé de régions impliquées à la fois dans l’expérience empathique et dans l’expérience affective à la première personne14. La plupart des études de neuroimagerie sur l’empathie se sont concentrées sur la perception de la douleur. Les données de deux méta-analyses sur le sujet ont montré l’implication de certaines zones cérébrales spécifiques, telles que l’IA, le cortex cingulaire médian antérieur (aMCC) et le cortex postérieur-antérieur (pACC). Ces régions sont impliquées dans plusieurs fonctions, comme le traitement de la douleur, l’évaluation et la perception des émotions, et la conscience interoceptive15.

À l’appui de l’hypothèse des réseaux partagés, des études récentes menées au moyen de l’IRMf ont montré que le pACC et l’aMCC sont associés à la fois à l’observation et à la sensation de la douleur et qu’ils sont liés à l’IA, qui intègre les informations cognitives et affectives de la perception personnelle de la douleur16. Dans l’ensemble, ces zones contribuent à l’intégration des informations à l’état émotionnel global, conduisant à une modulation de la réponse comportementale, qui fait partie de la réponse empathique2. D’autres preuves de l’implication de l’IA dans les réseaux partagés de l’empathie proviennent d’une étude chez des participants atteints d’alexithymie. Chez ces personnes, l’IA est moins activée lorsqu’elles essaient de comprendre leurs propres émotions et lorsqu’elles éprouvent de l’empathie pour la douleur des autres17. La réponse empathique et le réseau central associé peuvent se produire dans une condition de stimulus-réponse ou de perception, dans laquelle le sujet est exposé à la présence d’un stimulus visuel concret et réagit par une activation empathique, ou dans une condition d’inférence, dans laquelle les individus sont exposés à des indices abstraits et sont influencés par leur capacité à prendre du recul et leurs expériences antérieures dans l’attribution des états émotionnels des autres18.

L’activation des principaux réseaux liés à l’empathie dans la condition basée sur l’inférence est associée aux réseaux de la Théorie de l’esprit et de la mentalisation, caractérisés par le vmPF, le sillon temporal supérieur (STS), la jonction temporo-pariétale (TPJ), le cortex cingulaire postérieur (PCC). La condition basée sur la perception est liée aux zones d’observation de l’action, comme le dorsolatéral (dlPFC) et le dorsomédial (dmPFC), et le cortex pariétal inférieur (IPC). L’interaction réciproque entre ces deux voies d’empathie permet une représentation complète des états émotionnels d’autrui19.

Comme mentionné précédemment, l’activation empathique est modulée par des caractéristiques individuelles et contextuelles. Les croyances et l’interprétation personnelle du contexte influencent le processus d’empathie et l’activation du réseau central empathique. Par exemple, des données scientifiques ont révélé une moindre activation de l’IA lorsque les individus sont témoins de la souffrance d’autrui si le sujet de l’empathie a commis des actions considérées comme amorales par l’empathisant ou s’il est perçu comme faisant étant extérieur au groupe20. La réduction de l’aire AI est également associée à une activation accrue du striatum ventral/nucléus accumbens (NAcc), liée à la récompense et au désir de vengeance21. Ainsi, l’empathie peut être sollicitée par l’activation de l’IA, associée à l’aide, la compréhension et les comportements prosociaux, et contrecarrée par l’activation du NAcc et du système motivationnel antagoniste. De plus, selon certaines recherches sur le sujet, l’individu peut générer et contrôler les réponses empathiques. Lorsque l’empathique adopte le point de vue de ses amis ou de sa famille, il y a une activation accrue de l’IA et des aires cingulaires, associée à une réponse empathique plus élevée. Lorsque l’empathique adopte le point de vue d’un étranger, on observe une diminution de la connexion entre l’IA et le TPJ.

Ainsi, l’individu peut augmenter ou diminuer sa réponse empathique, en utilisant la prise de recul comme stratégie basée sur l’engagement personnel avec le sujet de l’empathie.

Lésions cérébrales et empathie.

Compte tenu du nombre de zones impliquées dans le processus empathique, il est nécessaire d’envisager plusieurs troubles dérivés de lésions cérébrales ou d’un développement dysfonctionnel. De plus, comme le soulignent les études citées sur les composantes affectives et cognitives de l’empathie, une personne peut avoir un problème lié à l’empathie affective mais pas à l’empathie cognitive, comme dans la psychopathie, la schizophrénie, la dépersonnalisation et le trouble de la personnalité narcissique22. Parallèlement, le trouble du spectre autistique, par exemple, est caractérisé par un déficit en empathie cognitive et non en empathie affective23.

Les études sur les lésions cérébrales ont fourni des informations neurobiologiques liées à la dissociation entre l’empathie affective et l’empathie cognitive. Plus précisément, une lésion bilatérale de l’amygdale peut compromettre l’empathie affective24. L’amygdale, avec l’hypothalamus, l’hippocampe et l’OFC, est fondamentale pour l’éveil affectif et la discrimination automatique d’un stimulus. L’interaction réciproque entre l’amygdale, l’OFC et le STS conduit au traitement des signaux affectifs. Des dommages dans le mPFC, associé à la conscience des émotions, peuvent compromettre l’empathie cognitive25. La compréhension émotionnelle peut se chevaucher avec la ToM et la mentalisation et est également associée à l’IA et au vmPFC qui, avec le mPFC, intègrent la compréhension cognitive et émotionnelle, créant un état équilibré représenté dans tout le PFC.

Les résultats obtenus sur les maladies neurologiques dégénératives confirment cette distinction entre les composantes affective et cognitive de l’empathie. Snowden et al.26 et Nathani et al.27 ont analysé le processus d’empathie chez des patients atteints de la maladie de Huntington (MH) et de la démence fronto-temporale (DFT), toutes deux associées à des déficits cognitifs sociaux. Ils ont constaté les mêmes mauvaises conditions d’empathie, mais les patients atteints de la MH ont signalé des déficits d’empathie plus affectifs, tandis que les patients atteints de DFT ont signalé des problèmes d’empathie cognitive. Ces résultats peuvent être attribués à un déficit de la Théorie de l’esprit pour la DFT et à un déficit d’interprétation des situations sociales pour la MH.

De même, Adolphs et al.28 ont étudié le rôle du cortex somatosensoriel dans le traitement des émotions. Ils ont constaté que des lésions du cortex somatosensoriel droit peuvent compromettre la capacité à reconnaître les expressions faciales. En effet, lors du traitement des expressions faciales, nous nous appuyons sur les représentations du cortex somatosensoriel. Cependant, les avis sont contradictoires quant à l’influence mutuelle entre l’expérience des émotions à la première personne et la reconnaissance de ces mêmes émotions chez les autres. Les données d’une étude sur des patients atteints de paralysie faciale bilatérale ont montré qu’ils ne rapportaient aucun déficit dans la reconnaissance des émotions, même s’ils n’exprimaient pas d’émotions faciales29.

ans une revue sur les études d’imagerie cérébrale chez les délinquants violents au cours des 10 dernières années30, les auteurs ont trouvé des déviations dans la structure et un déficit dans la fonction parmi le PFC, l’OFC, l’AI, ainsi que dans les structures temporolimbiques telles que l’amygdale, l’hippocampe et le parahippocampe, des zones importantes à la fois dans l’empathie affective et cognitive, et dans le contrôle des comportements impulsifs et agressifs (notamment l’hypothalamus et le système limbique).

Enfin, des preuves cliniques ont montré que les lésions du PFC peuvent provoquer un déficit de l’empathie et des comportements interpersonnels. Des études sur des patients présentant des lésions neurologiques ont rapporté une réduction de l’empathie, en particulier si les dommages concernaient l’hémisphère droit et la région ventromédiane. De même, les patients qui présentent des lésions du PFC médian/cingulé ont un déficit dans les interactions sociales et l’interprétation des émotions. Ces patients présentent un sentiment d’apathie, de faible concentration et d’intérêt pour l’environnement. Ces résultats suggèrent un rôle clé du PFC dans le processus d’empathie et les capacités de prise de perspective31.

L’empathie est importante pour gérer les comportements et comprendre les états émotionnels des autres. L’association entre le déficit empathique, les neurosciences, les crimes violents et la personnalité psychopathique a donc reçu une attention croissante de la part de la communauté scientifique.

Psychopathie et zéro degré d’empathie.

Le concept de psychopathie.

La psychopathie a été conceptualisée selon plusieurs définitions et caractéristiques : parfois comme un antécédent de violence et de crime, d’autres fois comme une condition héréditaire et biologique qui affecte les compétences sociales et empathiques. Malgré le grand nombre de conceptualisations, de théories et de recherches sur le sujet, la psychopathie reste un concept à étudier32. La psychopathie a été identifiée comme un trouble mental caractérisé par un comportement antisocial et moralement répréhensible et la commission de crimes sans sentiment apparent de culpabilité, de honte ou de remords. Les psychopathes présentent un manque généralisé d’empathie tant avec les membres de leur famille qu’avec les étrangers, ce qui ne leur permet pas de différencier les stimuli émotionnels des impulsions. Ce mécanisme conduit ces sujets à assimiler amour et excitation sexuelle, tristesse, frustration, colère et irritabilité. Les concepts de psychopathie et de personnalité antisociale sont liés ; plus précisément, la personnalité antisociale représente la tentative de transposer la psychopathie à un niveau plus opérationnel et concret. La psychopathie peut être considérée comme la forme maligne de la personnalité antisociale car les comportements des psychopathes sont prédateurs, programmés, destructeurs, indifférents aux conséquences et sans remords33.

Les psychopathes sont divisés en deux catégories : les passifs et les agressifs. Les psychopathes passifs sont parasites envers les autres et les exploitent. Souvent, ils ont des démêlés avec la justice mais parviennent à ne pas subir de conséquences graves et de punitions. Les psychopathes de ce type commettent surtout ce que l’on appelle des “crimes en col blanc”, c’est-à-dire des crimes économiques qui n’impliquent pas l’utilisation de menaces et de violence physique. Les psychopathes agressifs, en revanche, commettent des crimes graves ; en particulier ceux qui sont caractérisés par le sadisme sexuel peuvent commettre des meurtres en série de nature sexuelle et, à la base de leurs crimes, il semble y avoir le besoin d’une stimulation continue fournie par l’excitation sexuelle. Les deux principaux traits qui distinguent le comportement psychopathique sont l’incapacité à ressentir un degré normal d’empathie et d’affection envers les autres et la mise en œuvre répétée de comportements antisociaux.

Une autre classification de la psychopathie est celle de primaire et secondaire. La première se caractérise par la surestimation de soi, la tendance à utiliser la violence comme outil ou moyen pour atteindre un objectif, le mensonge pathologique, le charme superficiel, le manque d’émotions, les faibles niveaux d’empathie et de remords, les attitudes manipulatrices, les faibles niveaux de stress ou d’anxiété. La psychopathie primaire n’implique pas nécessairement la commission de crimes. La psychopathie secondaire est davantage liée au crime et à la déviance, avec des tendances à l’impulsivité et à la délinquance. Ce type ne fait pas nécessairement référence à un déficit émotionnel ou empathique, contrairement à la psychopathie primaire. Ainsi, le sujet peut développer de l’empathie ou un attachement envers quelqu’un, mais la moralité, l’irresponsabilité et la violence sont des éléments distinctifs dans les relations avec les autres. Dans ce cas, nous sommes face à des sujets présentant une impulsivité marquée et une tendance à la violence, liée à l’agressivité ou à la colère du sujet.

Selon Caretti et Craparo34, la psychopathie est un trouble déviant du développement, caractérisé par une condition d’agressivité instinctive et l’incapacité d’avoir une relation mutuelle. Dans ce trouble, les éléments émotionnels et comportementaux sont vidés de tout sentiment humain. La personnalité psychopathique comprend quatre domaines35 :

  • (a) zone interpersonnelle (manipulation, mensonge pathologique, haute estime de soi) ;
  • (b) zone affective (absence de remords, engourdissement, manque d’empathie) ;
  • (c) zone de style de vie (recherche de sentiments forts, impulsivité, égoïsme) ;
  • (d) zone antisociale (mauvais contrôle du comportement, délinquance et violence).

L’élément qui caractérise la personnalité psychopathique semble être le faible niveau d’empathie qui se traduit par l’incapacité de s’identifier aux autres et par l’indifférence presque totale aux conséquences néfastes de ses actions violentes ou criminelles36. Il s’agit d’un état qui a tendance à persister tout au long de la vie. Ces caractéristiques se révèlent dès les premières années de l’enfance et se manifestent chez les deux sexes, bien que les hommes semblent plus enclins aux attitudes agressives. L’une des théories les plus accréditées sur la psychopathie et sa relation avec l’empathie est que ce trouble dérive d’un déficit empathique et d’un dysfonctionnement des réponses de sensibilité et d’identification sociale. Ces caractéristiques peuvent conduire à des attitudes violentes et agressives37. Bien que le recours à la violence et à l’impulsivité semble être une prérogative de la psychopathie, comme le montrent plusieurs cas médiatiques tels que ceux de Ted Bundy, John Wayne Gacy et Dennis Rader, beaucoup d’entre eux sont organisés, ont du “sang froid” dans les relations sociales, ont une grande capacité de décision et ne sont pas violents ou impulsifs. Ainsi, certains psychopathes pourraient faire preuve de capacité à planifier et à organiser un crime38.

Robert Hare39 a étudié et classifié le concept de psychopathie, affirmant que la psychopathie a une prédisposition héréditaire40. Afin d’évaluer scientifiquement ce trouble, Hare a structuré un questionnaire appelé Psychopathy Checklist-Revised (PCL-R)41. Le PCL-R fournit une évaluation fiable du concept de psychopathie dans un large éventail de contextes et à des fins cliniques et de recherche, mais son application élective est l’évaluation de la psychopathie chez les criminels et les patients de psychiatrie légale. L’outil est principalement administré par des psychologues et des psychiatres, mais ses résultats sont également utilisés par tous les professionnels travaillant dans les domaines judiciaire, pénitentiaire et médico-légal qui se retrouvent à évaluer et à comparer des expertises psychiatriques dans le cadre de procédures pénales.

Le PCL-R est composé de 20 items auxquels un score (0, 1, 2) doit être attribué après l’étude du dossier et l’entretien. Les items sont divisés en 4 composantes qui convergent en 2 facteurs :

Facteur 1. Interpersonnel / Affectif : Décrit les traits interpersonnels et affectifs de l’interaction sociale, en étudiant l’utilisation égoïste, insensible et sans remords des autres. Il est divisé en deux parties : Interpersonnel (Composante 1) et Affectif (Composante 2) ;

Facteur 2. Déviance sociale : enquête sur le style de vie instable et antisocial, principalement en ce qui concerne les aspects d’impulsivité, d’irresponsabilité, de manque de scrupules, et mesure les aspects liés au comportement criminel. Elle est divisée en deux composantes : la composante “style de vie” (composante 3) et la composante “antisociale” (composante 4).

En administrant le questionnaire à la population carcérale américaine, les chercheurs ont constaté qu’un pourcentage élevé de prisonniers atteignait ou dépassait le seuil pour le diagnostic de psychopathie36. Ces résultats ont été confirmés par d’autres études qui ont montré à quel point la psychopathie est répandue, notamment au sein de la population carcérale42.

Psychopathie, empathie, neuroscience.

De nombreuses études ont recueilli des données dans le but d’étudier le lien entre la psychopathie, les neurosciences et l’empathie.

Gregory et al.43 ont étudié les différences dans la matière grise structurelle en comparant un groupe de délinquants violents atteints de troubles antisociaux et de psychopathie, des délinquants violents atteints de troubles antisociaux et des non-délinquants en bonne santé. La matière grise joue un rôle dans le traitement empathique, le jugement moral et les comportements prosociaux. Les résultats de l’imagerie par résonance magnétique structurelle et de la morphométrie volumétrique à base de voxels ont montré que le premier et le deuxième groupe ont un volume de matière grise réduit à la fois dans le cortex préfrontal rostral antérieur (zone 10 de Brodmann), important dans les fonctions cognitives supérieures, comme la mémoire, le jugement ou la résolution de problèmes44, et dans les pôles temporaux (zone 20/38 de Brodmann), qui sont impliqués dans les processus linguistiques, la compréhension et la production du langage45. Ces données ont confirmé l’existence de différences cérébrales entre les délinquants violents avec et sans psychopathie et les non-délinquants en bonne santé.

Fazel et Danesh ont mené une étude en 200246 montrant que 47% de la population masculine en prison et 21% de la population féminine souffrent de troubles de la personnalité antisociale. Selon ces statistiques, environ 25 % des détenus répondent aux critères de diagnostic de la psychopathie38. Une enquête menée auprès de détenus britanniques a révélé que 7,7 % des hommes et 1,9 % des femmes souffraient de psychopathie42. Les meurtres sont les crimes les plus fréquents chez les psychopathes (93,3 %), à la fois de “sang froid” et avec préméditation. Le pourcentage diminue sensiblement chez les non-psychopathes (48,4 %), qui sont plus susceptibles de commettre un homicide pour une raison passionnelle47. En effet, les psychopathes utilisent principalement la violence instrumentale, plutôt que la violence réactive, diffusée parmi les autres délinquants. La principale différence réside dans le fait que la violence instrumentale, également définie comme la violence proactive et prédatrice, est motivée par un but, contrôlée et médiée cognitivement, tandis que la violence réactive est médiée par les émotions et peut découler d’une provocation ou d’une rage incontrôlée. Les individus qui utilisent la violence instrumentale sont moins susceptibles d’être impliqués dans le système de justice pénale grâce à leur capacité à planifier et à organiser méthodiquement les crimes. Au contraire, les individus qui utilisent la violence réactive ont plus de difficultés à dissimuler leurs crimes, car ils réagissent à la suite d’une impulsion48.

Le modèle proposé par Hare semble s’appliquer uniquement aux populations médico-légales49 pour l’inclusion des conduites antisociales. Cependant, la psychopathie peut conduire à des parcours criminels et non criminels. Par exemple, un pourcentage plus élevé de traits psychopathiques a été trouvé dans un échantillon d’entreprises50. De même, les performances présidentielles les plus appréciées aux États-Unis étaient celles réalisées par des présidents présentant des traits psychopathiques élevés51. Ainsi, selon Boduszek et Debowska52, la criminalité et la violence ne représentent que partiellement la psychopathie. Ils ont établi un modèle différent pour la psychopathie, le modèle des traits de personnalité psychopathique (PPTM). Ils ont considéré les psychopathes comme des individus ayant une faible réactivité affective et une faible empathie53. Ces caractéristiques entraînent des traits insensibles et une difficulté à répondre aux émotions des autres, une faible réactivité cognitive, une empathie cognitive et une capacité de mentalisation, une manipulation interpersonnelle élevée et un sentiment de grandiosité, ainsi qu’un égocentrisme. Les auteurs identifient deux éléments qui caractérisent le plus la psychopathie, l’amour de soi, l’égocentrisme et la cognition. En effet, même si les psychopathes présentent des difficultés dans l’empathie tant affective que cognitive, une étude récente sur des individus psychopathes impliqués dans la justice a démontré qu’ils comprennent la cognition et les croyances d’autrui et ont un déficit dans le traitement de l’état affectif et des mots émotionnels54. Ces résultats doivent être interprétés en tenant compte également du quotient intellectuel (QI), qui pourrait modérer la relation entre la psychopathie et la réponse émotionnelle. Les individus présentant des traits élevés de psychopathie et un QI plus élevé sont plus susceptibles d’adapter correctement leur réponse sociale de manière souhaitable. Dans ce cas, l’empathie et la réactivité cognitives peuvent être une caractéristique contingente de la psychopathie ou découler du niveau de QI53.

Dans cette étude étude, Boduszek et al. ont constaté que la psychopathie devrait être évaluée dans un continuum à travers ses principales composantes. Le comportement et la tendance à commettre un crime spécifique changent en fonction du niveau de psychopathie. Selon cette définition, ils ont identifié différents groupes : psychopathie faible, réactivité affective/cognitive modérée, manipulation interpersonnelle élevée, psychopathie modérée et groupe de psychopathie élevée. Par exemple, les individus présentant une manipulation interpersonnelle et un égocentrisme élevés et une faible réactivité affective et cognitive sont plus susceptibles de commettre des infractions contre les biens et des crimes en col blanc que le groupe des psychopathes faibles. Le groupe à forte psychopathie ne représente que 7,1% de la population carcérale, ce qui montre des résultats en contraste avec la plupart des théorisations sur la psychopathie, et dissipe le mythe selon lequel les détenus sont pour la plupart des psychopathes.

Un autre auteur qui a contribué à définir la relation entre l’empathie, la violence et la psychopathie est Simon Baron-Cohen. Dans “The Science of Evil”23, il a développé quelques hypothèses fondamentales sur la relation entre l’empathie, les neurosciences et la violence, plus précisément la psychopathie. En utilisant le concept neurobiologique de l’empathie, Simon Baron-Cohen a théorisé la possibilité de retracer les actions traditionnellement définies comme “mauvaises” à un défaut empathique. Il a souligné que l’empathie ne devait pas être traitée comme une variable binaire – c’est-à-dire selon le critère de la présence/absence – mais selon un spectre de degrés croissants. Baron-Cohen a théorisé sept niveaux (0 à 6). À cet égard, un test sur le quotient d’empathie (QE) a été développé par le groupe de recherche du scientifique pour les adultes et même les enfants (à travers une version spécialement modifiée). L’auteur a défini le trouble psychopathique comme un trouble “zéro-négatif”, correspondant au grade 0 sur l’échelle d’empathie théorisée, impliquant une tendance à porter une attention constante à soi-même, une incapacité à comprendre le comportement et les émotions des autres, et un acte négligent ou agressif en conséquence. Ainsi, un degré d’empathie zéro-négatif détermine un potentiel de nuire à autrui en raison d’une incapacité substantielle à comprendre les conséquences réelles de ses actions. Conformément à la littérature récente, Baron-Cohen a supposé que le niveau d’empathie est attribuable au “circuit empathique”. En s’appuyant sur les techniques modernes d’IRMf, il a constaté qu’il était possible d’avoir une idée précise des zones du cerveau impliquées dans le comportement empathique. Baron-Cohen a identifié des zones impliquées dans la reconnaissance et le traitement des émotions d’autrui et des réponses adéquates, telles que le lobule pariétal inférieur et le sillon (tous deux, de manière significative, des zones incluses dans le système des neurones miroirs), le cortex cingulaire moyen (MCC), l’IA, le cortex préfrontal moyen, le cortex orbital frontal (OFC), la jonction temporo-pariétale (TPJ), le sillon temporal supérieur (STS) et l’amygdale. Comme indiqué précédemment dans l’introduction, ces zones du cerveau ne doivent pas être considérées comme faisant partie d’une sorte de chaîne linéaire, mais comme un réseau cérébral comportant de multiples connexions. L’auteur a souligné que le bon fonctionnement de ce circuit est en grande partie responsable de l’empathie. Conformément à cela, c’est la connexion entre les régions du cerveau qui conduit à la violence, et non les régions individuelles elles-mêmes55.

D’autres études neurologiques et neuroscientifiques soulignent l’importance de ces zones dans le processus empathique. De Oliveira-Souza et al. ont constaté un volume réduit de matière grise dans des régions spécifiques identifiées comme le “cerveau moral”, impliqué dans les décisions morales56. Ces régions sont le cortex préfrontal médian, le sillon temporal supérieur et le cortex temporal antérieur. Blair et al. ont émis l’hypothèse que la psychopathie pourrait être générée par un dysfonctionnement précoce de l’amygdale qui compromet le traitement de l’affect négatif et donc la socialisation morale57. Les individus présentant ce dysfonctionnement ne seraient pas en mesure d’associer la transgression morale à la souffrance des personnes ou de juger correctement les déclarations provoquant la peur58. Blair et al. soulignent également le rôle du cortex orbitofrontal et ventrolatéral dans la sélection des réponses et le contrôle de soi.

Kiehl propose une hypothèse complémentaire qui déplace l’attention vers le “cerveau émotionnel”59. Selon l’auteur, la psychopathie dérive d’un trouble du système paralimbique qui entraîne une réduction anatomique et un niveau d’activation inférieur dans l’apprentissage et la prise de décision émotionnels. Ce système comprend le septum, l’amygdale, les zones sous-corticales (impliquées dans la régulation des réponses émotionnelles), les zones hippocampiques (liées à la mémoire) et les zones corticales (impliquées dans les interactions sociales). Le même auteur a également mené une étude avec IRMf60 axée sur le déficit émotionnel. Ils ont constaté une activité réduite dans les zones du cerveau importantes dans l’acquisition des réponses émotionnelles – l’amygdale, le cortex cingulaire dorsal antérieur et ventral, le cingulaire postérieur et le striatum ventral – lorsque les psychopathes étaient placés devant des images ou des mots ayant un impact émotionnel.

La dernière ligne d’investigation a été rapportée par Malatesti et McMillan et est liée au “cerveau social”61. Plus précisément, en ce qui concerne le traitement des expressions faciales, les auteurs ont noté que les psychopathes ont une activité réduite dans le gyrus fusiforme lorsqu’ils observent des expressions faciales qui expriment la peur62, la tristesse et le bonheur63.

Les recherches présentées montrent que la psychopathie est un concept complexe qui reste à définir.

Le cerveau violent dysfonctionnel.

Notre cerveau nous permet de parler, de bouger et de ressentir des émotions. Selon de récentes théories neuroscientifiques, il pourrait donc également influencer tout comportement violent. Raine a développé ce lien possible dans une étude portant sur quarante et un prisonniers victimes de crimes violents en Californie64. Équipés d’une escorte, de menottes et de chaînes, les détenus ont été soumis à un scanner. Leur cerveau a également été examiné par tomographie par émission de positons (TEP), permettant d’examiner l’activité métabolique des principales régions du cerveau, comme le cortex préfrontal.

Le test de performance continue65 a également été utilisé pour activer cette zone. Le test consistait à appuyer sur un bouton chaque fois que l’image d’un “O” était projetée sur un ordinateur pendant 32 min, sans interruption. Pour cette tâche, il était essentiel de maintenir une concentration élevée pendant une longue période. Après ce test, les participants ont subi une TEP, qui a permis de mesurer les niveaux de glucose atteints lors de l’expérience précédente. Une augmentation du métabolisme du glucose dans le PFC correspondait à une activation plus élevée pendant la tâche. L’analyse du groupe de contrôle, qui comprenait quarante et un hommes du même âge, a révélé que dans le groupe expérimental, il y avait un manque d’activation dans le cortex préfrontal. En outre, le groupe expérimental a également montré une réduction du métabolisme du glucose préfrontal par rapport au groupe témoin. Il semble donc que l’activation du cortex préfrontal joue un rôle important dans le comportement violent d’un individu64.

Le cortex préfrontal agit sur le comportement violent en fonction de cinq niveaux différents :

  • (1) Sur le plan émotionnel, un dysfonctionnement de cette région du cerveau pourrait compromettre la gestion du contrôle des parties les plus primitives telles que le système limbique, qui génère des émotions primaires et instinctives comme la colère. Au contraire, le cortex préfrontal évolué peut gérer ces émotions primitives qui n’entraîneront pas d’action violente.
  • (2) Au niveau comportemental, cependant, les lésions du cortex préfrontal peuvent entraîner une plus grande impulsivité, une moindre perception du risque et un non-respect des règles. Ces caractéristiques sont très répandues chez les personnes condamnées pour des crimes violents.
  • (3) Au niveau personnologique, les lésions du cortex préfrontal pourraient entraîner des variations de la personnalité d’un individu. Par exemple, le célèbre sujet d’étude de cas Phineas Gage66 a eu un grave accident au cours duquel le cortex préfrontal a subi d’énormes dommages et a complètement changé son comportement. D’un homme doux et rationnel, il est devenu impulsif et violent.
  • (4) Sur le plan social, les lésions du cortex préfrontal peuvent entraîner une incapacité à établir des relations avec les autres. Un exemple en est la faiblesse des compétences sociales et des aptitudes à la vie quotidienne de certaines personnes condamnées pour des crimes violents. Nombre d’entre elles gèrent le stress et la colère uniquement par des actions violentes ou des passages à l’acte agressifs, sans faire preuve de compétences en matière de résolution de problèmes et de prise de décision.
  • (5) Enfin, sur le plan cognitif, le cortex préfrontal régule la flexibilité intellectuelle. En effet, en analysant le parcours scolaire de nombreuses personnes condamnées pour crime violent, il est possible de déduire diverses difficultés intellectuelles qui se traduisent souvent par des actions violentes et de la colère.

Raine a analysé deux exemples du rôle du cortex préfrontal dans le comportement violent. Le premier est l’histoire d’Antonio Bustamante, un homme ayant un lien fort avec sa famille et qui, lors d’un vol à domicile, a tué un homme âgé avec ses poings, montrant un modus operandi désorganisé et chaotique. À l’âge de vingt ans, Bustamante a subi un traumatisme crânien avec un pied-de-biche qui a provoqué un changement de personnalité. Bustamante s’est transformé d’un individu statique et calme en une personne impulsive et émotionnellement instable. Un scanner a montré un dysfonctionnement de son cortex préfrontal. Après son traumatisme crânien, Bustamante n’était plus capable de se contrôler et a commencé à consommer des drogues et à commettre des crimes. Outre les lésions du cortex préfrontal – adjoint au processus de prise de décision, au contrôle du comportement et des impulsions, à la mentalisation et aux interactions sociales – Bustamante présentait également des lésions du cortex orbitofrontal, région associée à la discrimination automatique d’un stimulus, au traitement des signaux émotionnels et à l’empathie affective. Ces lésions ont affecté ses capacités de contrôle comportemental et émotionnel : il est devenu plus impulsif et incapable de réfléchir à ses décisions. Ce changement s’est également manifesté dans son comportement criminel. En effet, Bustamante a commis un crime impulsif, non planifié et désorganisé, montrant une violence réactive, une faible capacité à planifier et à réfléchir au processus et aux conséquences. En fait, Bustamante n’a pas essayé d’effacer ses traces et au moment de l’arrestation, il portait encore des vêtements tachés de sang.

Le deuxième cas est l’histoire de Randy Kraft, un tueur en série qui a tué soixante-quatre personnes en douze ans sans jamais être arrêté. Kraft a longuement planifié ses meurtres, mesurant ses actions, prévoyant, envisageant des plans alternatifs et maintenant une très forte concentration pour accomplir des tâches complexes. Randy Kraft pourrait représenter un tueur en série psychopathe doté d’une grande capacité de planification et d’organisation, qui commet ce que l’on appelle des “crimes de sang froid”47. Kraft a utilisé une violence instrumentale, intentionnelle et prédatrice. Son cortex préfrontal était hyperactivé, ce qui montre le rôle clé de cette région dans sa capacité à gérer son comportement social, à réduire son impulsivité, à élaborer un plan pour ne pas être arrêté et à adapter sa conduite en fonction du contexte, comme le montrent les études qui démontrent le rôle du CPF dans le contrôle des impulsions et du comportement, le processus de prise de décision et la planification67.

Notre cerveau se développe et évolue en fonction de l’environnement, de la famille et des expériences de la vie. Il est donc toujours essentiel de contextualiser le crime et d’humaniser les personnes en question par une analyse plus approfondie qui tient compte des valeurs sociales, éducatives et des facteurs environnementaux et familiaux.

Objectifs et procédure.

Nous avons effectué une revue de la littérature sur et liée à l’empathie, aux neurosciences et aux crimes violents. Les bases de données électroniques utilisées comprenaient : Columbia Libraries Online Catalog, Scopus, PubMed. Cette revue vise à examiner les connaissances actuelles sur la relation entre l’empathie, les substrats neurologiques, les crimes violents et la psychopathie. Plus précisément, nous avons étendu notre recherche de la littérature à une cible moins étudiée (les femmes et les jeunes), souvent négligée car elle est moins susceptible de commettre des crimes violents.

Nous avons utilisé les termes de recherche suivants : ” empathie “, ” neuroscience “, ” violent “, ” psychopathe∗ “, ” crim∗ “, ” offend∗ “, ” femme “, ” enfant∗ “, ” juvénile ” et ” homme “. Parmi les articles retournés par la recherche, huit ont été retenus pour la présente revue après avoir passé en revue leurs titres et résumés, comme indiqué dans le tableau 1. Les critères d’inclusion étaient les suivants : (1) articles sur l’empathie ou la psychopathie, les neurosciences et les crimes violents ; (2) articles axés sur une population actuellement incarcérée (hommes, femmes, adultes et mineurs) ; (3) articles originaux rédigés en anglais ; et (4) articles publiés dans des revues à comité de lecture entre 2017 et 2021.

Les articles publiés dans une autre langue que l’anglais, les articles en double et les articles publiés avant 2017 ont été exclus de la revue.

Principales découvertes.

Les études sélectionnées ont analysé le lien entre les traits psychopathiques ou calleux-insensibles (CU) et les anomalies cérébrales chez les personnes condamnées pour des crimes violents. Cependant, ces études sont hétérogènes en termes d’échantillon et de méthodologie de recherche, ce qui a des conséquences sur la généralisation des résultats.

Une étude menée en 201768 a sondé la connectivité fonctionnelle intrinsèque des réseaux amygdaliens à travers un groupe de contrôle sain et deux groupes de jeunes hommes (15-19 ans) diagnostiqués cliniquement comme présentant des troubles de la conduite (TC) et condamnés pour un crime violent : ceux présentant des traits d’UC (CD/CU+) et ceux sans traits d’UC (CD/CU-). Dans le but de comprendre comment la connectivité sous-régionale de l’amygdale pourrait contribuer à la callosité et à l’absence d’émotion chez les jeunes présentant des troubles du comportement, Aghajani et al. se sont concentrés sur les complexes de l’amygdale basolatérale (BLA) et de l’amygdale centromédiane (CMA). La BLA est fortement impliquée dans l’intégration de la valeur affective pour les stimuli entrants émotionnellement saillants69, tandis que la CMA sert de site principal pour les signaux efférents de l’amygdale, dirigeant les réponses physiologiques et comportementales aux stimuli émotionnels70.

Après avoir recueilli des données d’imagerie par résonance magnétique (IRM) et analysé la connectivité fonctionnelle des trois groupes de jeunes, les chercheurs ont constaté que les jeunes CD/CU+ présentaient une connectivité accrue de la BLA droite et une connectivité réduite de la CMA gauche, y compris du vmPFC. De plus, ils ont constaté que les jeunes CD/CU+ avaient des volumes amygdaliens bihemisphériques moyens inférieurs à ceux des témoins sains en raison de l’hypotrophie des sous-régions BLA et CMA. Ces résultats montrent que les jeunes CD présentant des traits d’UC et condamnés pour des crimes violents présentent une connectivité et des volumes amygdaliens anormaux dans des zones systématiquement impliquées dans la psychopathie.

Dans une autre étude menée auprès d’hommes adultes dans une prison de haute sécurité condamnés pour des infractions violentes71, les chercheurs ont utilisé l’EEG pour mesurer l’asymétrie des ondes alpha, un indicateur phénotypique des comportements d’approche et de retrait, dans le cortex frontal72. Le modèle d’approche et de retrait a associé la colère et l’agression à un modèle d’approche et à une activité corticale antérieure relative plus élevée dans l’hémisphère gauche73. Par conséquent, les chercheurs ont émis l’hypothèse que les traits de l’UC seraient associés à des schémas d’approche liés à l’agression. Cependant, ils ont fini par trouver que les traits de l’UC étaient associés à une activité corticale antérieure relative plus forte dans l’hémisphère droit (c’est-à-dire des schémas liés au retrait) pour les hommes condamnés pour des crimes violents. Cela suggère que l’insensibilité peut être liée au retrait malgré son lien avec le comportement agressif et violent.

Une autre étude de 201974 a rapporté des résultats sur le volume de matière grise dans trois groupes d’hommes adultes incarcérés : ceux qui avaient commis un homicide, ceux qui avaient commis des crimes violents mais pas d’homicide, et ceux qui avaient commis des crimes minimalement violents ou non violents. Les examens IRM et l’analyse statistique subséquente ont révélé que les hommes condamnés pour des crimes violents présentaient d’importants déficits dans le cortex orbitofrontal/ventromédial préfrontal, le cortex temporal antérieur, l’insula, le cortex préfrontal médian/cingulaire antérieur et le cortex précunéus/cingulaire postérieur par rapport aux hommes condamnés pour des crimes non homicides et peu violents. Ces régions ayant été notamment impliquées dans l’empathie et le traitement général des émotions13, ces résultats permettent de comprendre comment des anomalies dans les régions de la cognition sociale peuvent distinguer le cerveau des personnes qui commettent des homicides de celui des personnes qui commettent d’autres types de crimes.

Une étude similaire75 axée sur le volume de matière grise a été entreprise avec des hommes adultes incarcérés condamnés pour au moins un crime violent et un groupe de contrôle, visant à élucider la morphologie cérébrale spécifique à l’agression réactive et à la psychopathie. Les données d’IRM ont révélé que l’augmentation des scores sommaires du PCL-R était corrélée à une diminution du volume de matière grise dans le cortex préfrontal supérieur, confirmant la littérature antérieure liant la psychopathie globale à des réductions de la matière grise préfrontale76. En allant plus loin, cependant, les chercheurs ont constaté que cette corrélation était principalement motivée par la sous-échelle du score PCL-R liée au comportement antisocial, en particulier pour les réductions de matière grise dans les régions frontale supérieure droite et pariétale inférieure gauche. En outre, la diminution du volume de matière grise dans les gyrus temporal moyen et supérieur droit était corrélée à l’agressivité réactive et au comportement antisocial. Grâce à ces résultats, les chercheurs ont suggéré que le volume des régions du cerveau impliquées dans la Théorie de l’esprit (c’est-à-dire la capacité à comprendre les croyances et les intentions des autres) est réduit chez les hommes antisociaux condamnés pour un crime violent.

Vermeij et al.77 ont comparé les variations de la matière blanche en relation avec les traits psychopathiques entre des hommes incarcérés ayant des problèmes de contrôle des impulsions et des hommes incarcérés sans problème de contrôle des impulsions. Après analyse des données d’IRM pondérées par diffusion, il a été constaté que les traits affectifs interpersonnels (facteur 1 du PCL-R) étaient inversement corrélés à l’intégrité de la matière blanche dans le lobe temporal antérieur et postérieur et la zone orbitofrontale chez les hommes impulsifs. Plus précisément, l’augmentation des traits affectifs (facette 2 du PCL-R) était associée à des réductions de l’intégrité de la matière blanche dans le lobe temporal droit. Il est important de noter que ces résultats établissent un lien entre la connectivité neuronale perturbée et les déficits psychopathiques affectifs, en particulier chez les hommes impulsifs incarcérés, affinant ainsi les associations entre les morphologies cérébrales et les différentes facettes de la psychopathie.

En 2018, Raine a sondé la théorie neuromorale des comportements antisociaux, violents et psychopathiques. L’auteur a constaté que le modèle existant propose un chevauchement de nombreuses régions et mécanismes cérébraux impliqués à la fois dans le comportement antisocial ou psychopathique et dans la prise de décision morale. Raine a vérifié et révisé ce modèle à l’aide de nouveaux résultats empiriques tirés de la littérature. Dans l’ensemble, le modèle prédit que la plupart des personnes reconnues coupables de crimes présentent une déficience neuromorale dans les régions fronto-polaires, préfrontales médianes, cingulaires antérieures, insulaires, le gyrus temporal supérieur, l’amygdale et le gyrus angulaire à un certain degré. La psychopathie primaire se caractérise par les traits psychopathiques fondamentaux, tandis que la psychopathie secondaire se caractérise davantage par une impulsivité accrue et une agressivité réactive. Le modèle neuromoral prédit qu’une atteinte neuromorale plus forte est liée à la psychopathie primaire et qu’une atteinte neuromorale plus faible est liée à la psychopathie secondaire. Raine a montré que cette distinction a des implications importantes pour les crimes violents. En effet, une déficience neuromorale plus forte est liée à une agression plus proactive qui est décrite comme prédatrice et plus planifiée, tandis qu’une déficience neuromorale plus légère est liée à une agression plus réactive qui est liée à une diminution du contrôle des émotions et des impulsions.

Peu de recherches existantes évaluent les corrélats neurobiologiques de l’empathie chez les femmes psychopathes ou les délinquants pour crime violent. Une étude singulière a intégré les femmes en examinant les différences entre les sexes dans l’électrophysiologie chez les personnes atteintes de psychopathie et condamnées pour un crime violent78. Les analyses visuelles de l’EEG au repos ont révélé que les femmes et les hommes présentaient un pourcentage élevé d’anomalies de l’EEG par rapport aux valeurs normatives de la base de données. Les chercheurs ont noté des différences spécifiques entre les hommes et les femmes psychopathes dans les connexions cérébrales et les régions qui régulent les émotions, la prise de décision et le jugement moral. Ces régions comprennent les zones frontales et centropariétales bilatérales, les zones pariéto-occipitales et les ganglions de la base. Ces résultats montrent qu’il existe des fréquences similaires d’anomalies EEG chez les hommes et les femmes psychopathes, mais qu’il existe encore des différences significatives entre les deux groupes qui peuvent s’avérer bénéfiques lors de la différenciation et du dépistage des deux.

Discussion et conclusion.

L’analyse de la littérature citée montre le rôle que joue l’empathie, tant au niveau émotionnel que cognitif79, dans les comportements violents et psychopathiques80. L’empathie vise à guider les comportements d’un individu en fonction de la compréhension des états émotionnels des autres. Ces dernières années, les psychologues et les neuroscientifiques ont étudié l’association possible entre le déficit empathique, les neurosciences, les crimes violents et la personnalité psychopathique.

Hare81 et Baron-Cohen82 sont deux scientifiques qui ont étudié le concept de psychopathie. Hare a classé ce concept, en structurant un questionnaire pour l’évaluer, la Psychopathy Checklist-Revised (PCL-R)83. Ce questionnaire a été utilisé par l’auteur et d’autres chercheurs parmi la population carcérale américaine, où les résultats ultérieurs ont signalé un niveau élevé de diagnostic de psychopathie parmi les délinquants violents84.

Simon Baron-Cohen a associé la psychopathie à un faible niveau d’empathie, en supposant que l’empathie est divisée en sept grades et que les psychopathes sont affectés par un défaut empathique et ont un grade zéro d’empathie à cause de cela.

Des preuves neuroscientifiques85 ont identifié un réseau central d’empathie, qui implique plusieurs zones du cerveau, comme l’IA, le cortex cingulaire médian postérieur et antérieur, impliqué dans le traitement de la douleur, la perception des émotions et la conscience interoceptive86 ; le vmPF, le sillon temporal supérieur, la jonction temporo-pariétale et le cortex cingulaire postérieur, associés à la Théorie de l’esprit et à la capacité de mentalisation ; le PFC dorsolatéral et le PFC dorsomédial, et le cortex pariétal inférieur, adjoint à la condition d’empathie basée sur la perception87. En outre, l’empathie affective est régulée par l’amygdale, l’hypothalamus et le cortex orbitofrontal pour l’excitation affective, tandis que l’empathie cognitive est associée à l’insula antérieure, au cortex préfrontal médian et au cortex préfrontal ventromédian pour la conscience des émotions, et à l’OFC, au mPFC et au cortex préfrontal dorsolatéral pour la régulation des émotions, le contrôle des émotions et la motivation.

D’autres études ont mis en évidence une réduction de la matière grise dans le “cerveau moral”, qui peut conduire à des décisions immorales88 ; un déficit émotionnel dans le “cerveau émotionnel”, impliqué dans la gestion des émotions89 ; et un déficit social dans le “cerveau social”, qui peut compromettre le traitement des expressions faciales90.

Dans ses études91, Raine a démontré et confirmé le rôle du cortex préfrontal dans les comportements violents et psychopathiques. L’auteur a identifié cinq niveaux d’influence du cortex préfrontal dans la violence : émotionnel, comportemental, personnologique, niveau social et cognitif. L’auteur a également décrit deux comportements et attitudes agressifs différents qui caractérisent des délinquants différents. Il a montré deux exemples d’activation du cortex préfrontal chez deux tueurs violents. Le premier, Antonio Bustamante, désorganisé et impulsif, a commis un homicide lors d’un vol ; le second, Randy Kraft, qui planifie et organise toujours ses actions, a commis soixante-quatre meurtres. D’après le scanner, Bustamante présentait un dysfonctionnement du cortex préfrontal lié à un traumatisme crânien causé par un accident survenu dans sa jeunesse. Au contraire, Kraft présentait une hyper-activation du cortex préfrontal. Ces résultats expliquent l’impulsivité et le manque de maîtrise de soi de Bustamante et l’organisation et la méticulosité de Kraft. En effet, les dommages au PFC et à l’OFC ont affecté la capacité de prise de décision et d’autocontrôle de Bustamante. Bustamante a agi en utilisant une agression réactive sans mentalisation de ses actions et des conséquences qui y sont liées, montrant un déficit d’empathie affective. Les dommages au PFC sont connus pour être associés à une augmentation de l’impulsivité et une diminution de la prise de décision92. D’autre part, Randy Kraft avait une hyperactivation du PFC qui lui permettait de planifier ses meurtres pendant des années. Il représente un psychopathe qui commet des crimes de sang froid, en utilisant la violence instrumentale. Dans ce cas, le rôle du PFC était lié à la gestion du comportement social, à la réduction de l’impulsivité et à l’adaptabilité au contexte. Les deux cas rapportés représentent deux manières opposées d’agir en matière de comportement criminel et mettent en évidence le rôle du PFC dans les actions violentes. De plus, comme le rapporte Boduszek en 2017, l’étude du QI lié à l’empathie, la psychopathie et les crimes violents est nécessaire. En effet, selon les auteurs, le QI peut modérer les relations entre la psychopathie et la capacité à répondre émotionnellement. Les recherches futures pourraient se concentrer sur ce lien afin de mieux comprendre le rôle du QI dans l’empathie et la psychopathie.

En outre, plusieurs études se sont concentrées sur les lésions et les dommages des zones cérébrales impliquées dans le réseau central de l’empathie, tandis que l’on connaît moins l’hyperactivation et le fonctionnement supérieur de certaines zones, comme le PFC, l’OFC ou le NAcc chez les sujets présentant des traits psychopathiques ou les délinquants violents.

La littérature examinée converge sur le fait que la psychopathie, le manque d’empathie et les crimes violents sont liés à des anomalies dans la morphologie, la connectivité ou l’activité du cerveau. Cependant, les cibles et les méthodes utilisées dans chaque étude étaient variées. Sur les sept études empiriques examinées, deux93 ont utilisé la même méthode : L’IRM pour une analyse morphométrique du volume de matière grise basée sur les voxels. Les deux études confirment que les hommes adultes condamnés pour des crimes violents présentaient des réductions de matière grise dans le cortex préfrontal et le gyrus temporal, des zones constamment impliquées dans le contrôle émotionnel, le comportement antisocial et l’agressivité réactive. Deux autres études ont également utilisé la même méthode : EEG94. Cependant, Keune et al. se sont concentrés sur l’asymétrie des ondes alpha pour sonder le comportement d’approche par rapport au comportement de retrait, tandis que Calzada-Reyes et al. se sont concentrés sur l’activité bêta pour analyser les différences entre les femmes et les hommes psychopathes en termes d’excitabilité ou d’excitation.

Les trois autres études ont choisi des méthodes d’évaluation différentes. Vermeij et al. ont mesuré la connectivité par l’imagerie du tenseur de diffusion des trajets de la matière blanche dans l’ensemble du cerveau, Aghajani et al. ont mesuré la connectivité par IRM dans l’amygdale spécifiquement. Jones et al.95 ont utilisé l’IRMf pour étudier les corrélats neuronaux de l’empathie.

Dans la plupart des études, les mêmes régions du cerveau sont systématiquement impliquées dans les traits de l’UC, l’agression ou la psychopathie : le cortex préfrontal, l’amygdale et le cortex temporal. Comme nous l’avons vu précédemment, le CPF joue un rôle clé dans le contrôle émotionnel et comportemental, en particulier sur le système limbique, qui est lié aux émotions primaires comme la colère et la peur. Le PFC est également lié au comportement social et à l’adaptation à un contexte différent. Les personnes qui souffrent de dommages dans cette zone peuvent se comporter de manière agressive, montrer de faibles capacités de résolution de problèmes et de prise de décision, ou changer de personnalité. En même temps, les personnes qui ont un niveau élevé d’activation dans cette zone peuvent présenter certains traits de la psychopathie primaire, tels que la manipulation, la surestimation de soi, la violence instrumentale, le mensonge pathologique, le charme superficiel, le manque d’émotions, de faibles niveaux d’empathie et de remords. Ces sujets peuvent mener une vie normale ou commettre des délits sans être impliqués dans le système de justice pénale car ils présentent une forte capacité à adapter leur personnalité aux autres et aux besoins sociaux, se protégeant ainsi des regards.

L’amygdale est fondamentale dans l’empathie affective et l’éveil émotionnel96 et dans la perception des stimuli externes. L’agression impulsive pourrait découler d’une activation des réponses agressives motrices en l’absence de contrôle par l’OFC et le cortex cingulaire antérieur, qui régulent le comportement social en fonction des attentes de récompense et de punition. Ces régions peuvent réprimer le comportement agressif lorsque les individus perçoivent des conséquences négatives par le biais des régions limbiques, telles que l’amygdale et l’insula97. Les stimuli peuvent devenir des déclencheurs de comportements violents en raison d’une distorsion perceptive dans les centres de traitement sensoriel. Ces distorsions peuvent provenir de l’alcool, de la consommation de substances ou de maladies et psychopathologies, conduisant une personne à percevoir un stimulus comme provocant ou dangereux et à réagir de manière agressive. Ces stimuli sont traités à des niveaux supérieurs par les cortex préfrontal, temporal et pariétal. Ensuite, les informations traitées peuvent être filtrées en fonction des valeurs et expériences socioculturelles de la personne (aspects liés à l’amygdale et aux régions limbiques). En outre, il existe des psychopathologies qui, associées à des expériences négatives, peuvent créer la condition qui conduit une personne à interpréter des stimuli comme étant agressifs et à répondre par la violence. Par exemple, des études d’IRMf ont démontré l’influence des troubles de la personnalité et des psychopathologies dans la perception des stimuli externes. Les participants souffrant de troubles de la personnalité borderline ou antisociale, caractérisés par un manque de contrôle des impulsions et une tendance à l’agressivité, percevaient de la colère lorsqu’ils évaluaient les expressions émotionnelles d’autrui98 ; en revanche, les personnes souffrant de troubles anxieux identifiaient surtout la peur dans les expressions faciales.

Le cortex temporal est impliqué dans les décisions morales. La plupart du temps, les patients atteints de tumeurs ou d’épilepsie dans le lobe temporal ou présentant des lésions temporales font état d’un comportement hautement agressif99. De plus, les altérations structurelles du cortex temporal, ainsi que du cortex temporal médian et de l’hippocampe, sont fréquentes chez les personnes souffrant de troubles de la personnalité antisociale100.

Le rôle de l’altération de la fonction ou de la morphologie des régions citées est étayé par des preuves convergentes de la littérature citée à travers différentes méthodes d’évaluation.

L’interaction entre les traits de l’UC et l’agressivité proactive vs réactive doit être étudiée plus avant. Selon les données EEG et les prédictions du modèle neuromoral101, le consensus semble être que l’insensibilité est liée à une agressivité plus réactive ou à un comportement de retrait. Cependant, les implications pour le degré de violence des crimes commis ne sont toujours pas claires.

Malgré plusieurs études sur la différence entre les sexes en matière de neuroanatomie et de structure neuronale, ainsi que l’intégration par l’Institut national de la santé mentale des États-Unis du sexe comme variable d’influence dans les études neurologiques et psychiatriques102, on sait peu de choses sur le rôle que ces différences pourraient avoir dans l’association entre l’empathie, le crime violent et la psychopathie. En effet, les populations masculines, spécifiquement les délinquants, reçoivent une plus grande attention que les femmes. Certaines des principales raisons sont que les hommes représentent une grande partie de la population carcérale, sont diagnostiqués psychopathes plus que les femmes, et les femmes ont tendance à être plus empathiques et sensibles émotionnellement que les hommes103. Il est donc plus difficile de trouver un échantillon de femmes détenues qui ont commis des crimes violents et qui peuvent être comparées aux hommes. Bien que quelques études et revues antérieures aient porté sur la psychopathie chez les femmes incarcérées104, elles n’ont pas spécifiquement sondé les corrélats neurobiologiques de la psychopathie en relation avec les crimes violents. La seule étude de cette revue qui inclut des femmes78 est un pas vers la découverte de plus de connaissances sur les facteurs de risque individuels et les tendances significatives basées sur des sous-ensembles de la population. Ils ont signalé qu’il existe des différences entre les hommes et les femmes psychopathes au niveau des connexions et des régions du cerveau, en particulier les zones frontales et centropariétales bilatérales, les zones pariéto-occipitales et les ganglions de la base, impliquées dans la régulation des émotions, le processus de décision et le jugement moral. Cependant, la fréquence des anomalies EEG est similaire dans les deux échantillons. En élargissant la portée de la recherche en termes de sexe et d’âge, la généralisation de ces résultats peut être plus facilement évaluée.

Enfin, le besoin de recherches interdisciplinaires sur ce sujet complexe à l’intersection de la sociologie et des neurosciences est pressant. Les conditions sociales influencent le niveau d’engagement dans la criminalité, le développement de psychopathologies ou de troubles de la personnalité liés à la criminalité. Par exemple, les environnements criminogènes ou pauvres peuvent augmenter l’exposition aux drogues, à la violence et aux comportements dysfonctionnels qui, surtout pendant l’enfance et l’adolescence, peuvent se transformer en troubles de la personnalité antisociale, en psychopathie et autres problèmes connexes105. En outre, le développement des capacités empathiques découle également de l’apprentissage quotidien et de l’exposition à des environnements positifs et prosociaux106. L’attachement parent-enfant, le style de parentage et de communication ainsi que le climat familial affectent le niveau de régulation émotionnelle, le traitement des émotions et la capacité de comprendre et de réagir aux stimuli sociaux107. En effet, les recherches dans le domaine de la psychologie du développement et de la psychologie sociale montrent comment la négligence, la violence, une mauvaise communication et une éducation inadéquate peuvent affecter la socialisation et le développement de l’enfant108. Comme l’illustrent les théories multifactorielles sur la criminalité, il n’est pas possible de donner une explication univoque au comportement criminel, mais tous les facteurs co-nécessaires doivent être évalués. Une des principales limites est certainement liée à la fragmentation des connaissances et à la séparation des aspects psychologiques, sociologiques et neuroscientifiques, qui devraient au contraire collaborer pour donner une vision plus efficace et véridique du phénomène criminogène et de ses implications neuro-sociologiques109.

Comme le mentionne Raine dans sa revue de 2018, l’une des plus grandes faiblesses de la théorie neuromorale actuelle est son manque d’incorporation des circonstances sociales. L’hétérogénéité des comportements violents et des crimes dont font preuve les personnes incarcérées étudiées rend difficile l’appariement et l’inclusion d’un échantillon communautaire témoin, comme l’a constaté une étude110. En outre, les études examinées ne peuvent pas tenir compte de l’influence du cadre dans lequel leurs sujets sont incarcérés sur les résultats attribués à la psychopathie, aux traits calleux et non émotionnels et au comportement violent (c’est-à-dire si l’institutionnalisation entraîne la violence et exacerbe les traits psychopathiques ou vice versa).

En ne tenant pas compte des préjugés liés au maintien de l’ordre et à la condamnation, des différentes définitions du crime et des complexités du système juridique pénal, la recherche neuroscientifique ne peut à elle seule fournir une image précise de la criminalité violente, une question à multiples facettes qui doit tenir compte du monde social.

Abréviations.

AI, insula antérieure ; aMCC, cortex cingulaire médian antérieur ; ASN, système nerveux autonome ; BLA, amygdale basolatérale ; CD, troubles de la conduite ; CMA, amygdale centromédiane ; CU, callous-unemotional ; dlPFC, cortex préfrontal dorsolatéral ; dmPFC, cortex préfrontal dorsolatéral ; EEG, électroencéphalogramme ; EQ, quotient d’empathie ; IRMf, imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ; DFT, démence frontotemporale ; HD, maladie de Huntington ; HPA, axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien ; IPC, cortex pariétal inférieur ; QI, quotient intellectuel ; MCC, cortex cingulaire moyen ; mPFC, cortex préfrontal médian ; IRM, imagerie par résonance magnétique ; NAcc, noyau accumbens ; OFC, cortex orbitofrontal ; pACC, cortex cingulaire postérieur ; PCC, cortex cingulaire postérieur ; PCL-R, Psychopathy Checklist-Revised ; PET, tomographie par émission de positrons ; PFC, cortex préfrontal ; PPTM, Psychopathic Personality Traits Model ; STS, sillon temporal supérieur ; ToM, théorie de l’esprit ; TPJ, jonction temporo-pariétale ; vmPFC, cortex préfrontal ventromédial.


[1] Batson, C. D. (2009). “These things called empathy,” in The Social Neuroscience of Empathy, eds J. Decety and W. Ickes (Cambridge, MA: MIT Press), 16–31. ;

Bernhardt, B. C., and Singer, T. (2012). The neural basis of empathy. Annu. Rev. neurosci. 35, 1–23. doi: 10.1146/annurev-neuro-062111-150536

[2] Singer, T., and Lamm, C. (2009). The social neuroscience of empathy. Ann. N. Y. Acad. Sci. 1156, 81–96. doi: 10.1111/j.1749-6632.2009.04418.x

[3] Stone, V. (2006). The moral dimensions of human social intelligence. Philos. Explor. 9, 55–68. doi: 10.1080/13869790500492516

[4] Hamlin, J. K., Wynn, K., and Bloom, P. (2007). Social evaluation by preverbal infants. Nature 450, 557–560. doi: 10.1038/nature06288

[5] Vaish, A., Carpenter, M., and Tomasello, M. (2009). Sympathy through affective perspective-taking, and its relation to prosocial behavior in toddlers. Dev. Psychol. 45, 534–543. doi: 10.1037/a0014322

[6] Warneken, F., and Tomasello, M. (2009). The roots of human altruism. Br. J. Psychol. 100, 455–471. doi: 10.1348/000712608X379061

[7] Saladino, V., Algeri, D., and Auriemma, V. (2020a). The psychological and social impact of Covid-19: new perspectives of well-being. Front. Psychol. 11:577684. doi: 10.3389/fpsyg.2020.577684

[8] Cox, C. L., Uddin, L. Q., Di Martino, A., Castellanos, F. X., Milham, M. P., and Kelly, C. (2011). The balance between feeling and knowing: affective and cognitive empathy are reflected in the brain’s intrinsic functional dynamics. Soc. Cogn. Affect. Neurosci. 7, 727–737. doi: 10.1093/scan/nsr051

[9] Dondi, M., Simion, F., and Caltran, G. (1999). Can newborns discriminate between their own cry and the cry of another newborn infant? Dev. Psychol. 35, 418–426. doi: 10.1037//0012-1649.35.2.418

[10] Zelazo, P., Carlson, S., and Kesek, A. (2008). “The development of executive function in childhood,” in Handbook of developmental cognitive neuroscience, eds C. A. Nelson and M. Luciana (Cambridge: MIT Press), 553–574.

[11] Diamond, A. (2002). “Normal development of prefrontal cortex from birth to young adulthood: Cognitive functions, anatomy, and biochemistry,” in Principles of Frontal Lobe Function, eds D. T. Stuss and R. T. Knight (New York, NY: Oxford University Press), 446–503. doi: 10.1093/acprof:oso/9780195134971.003.0029

[12] Decety, J., and Jackson, P. L. (2004). The functional architecture of human empathy. Behav. Cogn. Neurosci. Rev. 3, 71–100. ;

Decety, J. (2005). “Perspective taking as the royal avenue to empathy,” in Other Minds: How Humans Bridge the Divide Between Self and Others, eds B. F. Malle and S. D. Hodges (New York, NY: Guilford Press), 135–149. ;

Decety, J. (2007). “A social cognitive neuroscience model of human empathy,” in Social Neuroscience: Integrating Biological and Psychological Explanations of Social Behavior, eds E. Harmon-Jones and P. Winkielman (New York, NY: Guilford Press), 246–270. ;

Decety, J., and Meyer, M. (2008). From emotion resonance to empathic understanding: a social developmental neuroscience account. Dev. Psychopathol. 20, 1053–1080. doi: 10.1017/S0954579408000503

[13] Decety, J. (2011). Dissecting the neural mechanisms mediating empathy. Emot. Rev. 3, 92–108. doi: 10.1177/1754073910374662

[14] Gallese, V., and Goldman, A. (1998). Mirror neurons and the simulation theory of mind-reading. Trends Cogn. Sci. 2, 493–501. doi: 10.1016/S1364-6613(98)01262-5 ;

Preston, S. D., and de Waal, F. B. M. (2002). Empathy: its ultimate and proximate bases. Behav. Brain Sci. 25, 1–72. doi: 10.1017/S0140525X02000018

[15] Kober, H., Barrett, L. F., Joseph, J., Bliss-Moreau, E., Lindquist, K., and Wager, T. D. (2008). Functional grouping and cortical–subcortical interactions in emotion: a meta-analysis of neuroimaging studies. Neuroimage 42, 998–1031. doi: 10.1016/j.neuroimage.2008.03.059 ;

Craig, A. D. B. (2009). How do you feel—now? The anterior insula and human awareness. Nat. Rev. Neurosci. 10, 59–70. doi: 10.1038/nrn2555 ;

Duerden, E. G., and Albanese, M. C. (2011). Localization of pain-related brain activation: a meta-analysis of neuroimaging data. Hum. Brain Mapp. 34, 109–149. doi: 10.1002/hbm.21416 ;

Lindquist, K. A., Wager, T. D., Kober, H., Bliss-Moreau, E., and Barrett, L. F. (2012). The brain basis of emotion: a meta-analytic review. Behav. Brain Sci. 35, 121–202. doi: 10.1017/S0140525X11000446

[16] Allman, J. M., Tetreault, N. A., Hakeem, A. Y., Manaye, K. F., Semendeferi, K., Erwin, J. M., et al. (2010). The von economo neurons in frontoinsular and anterior cingulate cortex in great apes and humans. Brain Struct. Funct. 214, 495–517. doi: 10.1007/s00429-010-0254-0 ;

Shackman, A. J., Salomons, T. V., Slagter, H. A., Fox, A. S., Winter, J. J., and Davidson, R. J. (2011). The integration of negative affect, pain and cognitive control in the cingulate cortex. Nat. Rev. Neurosci. 12, 154–167. doi: 10.1038/nrn2994

[17] Silani, G., Bird, G., Brindley, R., Singer, T., Frith, C., and Frith, U. (2008). Levels of emotional awareness and autism: an fMRI study. Soc. Neurosci. 3, 97–112. doi: 10.1080/17470910701577020 ;

Bird, G., Silani, G., Brindley, R., White, S., Frith, U., and Singer, T. (2010). Empathic brain responses in insula are modulated by levels of alexithymia but not autism. Brain 133, 1515–1525. doi: 10.1093/brain/awq060

[18] Amodio, D. M., and Frith, C. D. (2006). Meeting of minds: the medial frontal cortex and social cognition. Nat. Rev. Neurosci. 7, 268–277. doi: 10.1038/nrn1884 ;

Frith, C. D., and Frith, U. (2006). The neural basis of mentalizing. Neuron 50, 531–534. doi: 10.1016/j.neuron.2006.05.001

[19] Danziger, N., Faillenot, I., and Peyron, R. (2009). Can we share a pain we never felt? Neural correlates of empathy in patients with congenital insensitivity to pain. Neuron 61, 203–212. doi: 10.1016/j.neuron.2008.11.023 ;

Zaki, J., Weber, J., Bolger, N., and Ochsner, K. (2009). The neural bases of empathic accuracy. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 106, 11382–11387. doi: 10.1073/pnas.0902666106

[20] Molenberghs, P., Gapp, J., Wang, B., Louis, W. R., and Decety, J. (2016). Increased moral sensitivity for outgroup perpetrators harming ingroup members. Cereb. Cortex 26, 225–233. doi: 10.1093/cercor/bhu195 ;

Molenberghs, P., and Louis, W. R. (2018). Insights from fMRI studies into ingroup bias. Front. Psychol. 9:868. doi: 10.3389/fpsyg.2018.01868

[21] de Quervain, D. J. F., Fischbacher, U., Treyer, V., Schellhammer, M., Schnyder, U., Buck, A., et al. (2004). The neural basis of altruistic punishment. Science 305, 1254–1258. doi: 10.1126/science.1100735 ;

Cohen, M. X., Axmacher, N., Lenartz, D., Elger, C. E., Sturm, V., and Schlaepfer, T. E. (2009). Good vibrations: cross-frequency coupling in the human nucleus accumbens during reward processing. J. Cogn. Neurosci. 21, 875–889. doi: 10.1162/jocn.2009.21062 ;

Takahashi, H., Kato, M., Matsuura, M., Mobbs, D., Suhara, T., and Okubo, Y. (2009). When your gain is my pain and your pain is my gain: neural correlates of envy and schadenfreude. Science 323, 937–939. doi: 10.1126/science.1165604

[22] Kumari, V., Barkataki, I., Goswami, S., Flora, S., Das, M., and Taylor, P. (2009). Dysfunctional, but not functional, impulsivity is associated with a history of seriously violent behaviour and reduced orbitofrontal and hippocampal volumes in schizophrenia. Psychiatry Res. 173, 39–44. doi: 10.1016/j.pscychresns.2008.09.003 ;

Schiffer, B., Pawliczek, C., Müller, B. W., Wiltfang, J., Brüne, M., Forsting, M., et al. (2017). Neural mechanisms underlying affective theory of mind in violent antisocial personality disorder and/or schizophrenia. Schizophr. Bull. 43, 1229–1239. doi: 10.1093/schbul/sbx012 ;

Nascivera, N., Annunziato, T., Messina, M., Di Leva, A., Letterese, M., and Alfano, Y. M. (2019). Il grado zero dell’empatia: capacità empatiche e correlate neurali nella psicopatia. Phenom. J. 1, 76–82. doi: 10.32069/pj.2019.1.49

[23] Baron-Cohen, S. (2011). The Science of Evil. On the Empathy and the Origins of Cruelty. New York, NY: Basic Books. ;

Fan, Y. T., Chen, C., Chen, S. C., Decety, J., and Cheng, Y. (2014). Empathic arousal and social understanding in individuals with autism: evidence from fMRI and ERP measurements. Soc. Cogn. Affect. Neurosci. 9, 1203–1213. doi: 10.1093/scan/nst101 ;

Saladino, V., Sabatino, A. C., Iannaccone, C., Pastorino, G. M. G., and Verrastro, V. (2020d). Filmmaking and video as therapeutic tools: case studies on autism spectrum disorder. Arts Psychother. 71:101714. doi: 10.1016/j.aip.2020.101714

[24] Hurlemann, R., Patin, A., Onur, O. A., Cohen, M. X., Baumgartner, T., and Metzler, S. (2010). Oxytocin enhances amygdala-dependent, socially reinforced learning and emotional empathy in humans. J. Neurosci. 30, 4999–5007. doi: 10.1523/JNEUROSCI.5538-09.2010

[25] Shamay-Tsoory, S. G., Aharon-Peretz, J., and Perry, D. (2009). Two systems for empathy: a double dissociation between emotional and cognitive empathy in inferior frontal gyrus versus ventromedial prefrontal lesions. Brain 132, 617–627. doi: 10.1093/brain/awn279

[26] Snowden, J. S., Gibbons, Z. C., Blackshaw, A., Doubleday, E., Thompson, J., Craufurd, D., et al. (2003). Social cognition in frontotemporal dementia and Huntington’s disease. Neuropsychologia 41, 688–701. doi: 10.1016/s0028-3932(02)00221-x

[27] Nathani, M., Jaleel, V., Turner, A., Dirvonas, C., Suryadevara, U., and Tandon, R. (2020). When you hear hoofbeats, think horses and zebras: the importance of a wide differential when it comes to frontotemporal lobar degeneration. Asian J Psychiatr 47:101875. doi: 10.1016/j.ajp.2019.101875

[28] Adolphs, R., Damasio, H., Tranel, D., Cooper, G., and Damasio, A. R. (2000). A role for somatosensory cortices in the visual recognition of emotion as revealed by three-dimensional lesion mapping. J. Neurosci. 20, 2683–2690. doi: 10.1523/JNEUROSCI.20-07-02683.2000

[29] Keillor, J. M., Barrett, A. M., Crucian, G. P., Kortenkamp, S., and Heilman, K. M. (2002). Emotional experience and perception in the absence of facial feedback. J. Int. Neuropsychol. Soc. 8, 130–135.

[30] Bogerts, B., Schöne, M., and Breitschuh, S. (2018). Brain alterations potentially associated with aggression and terrorism. CNS Spectr. 23, 129–140. doi: 10.1017/S1092852917000463

[31] Shamay-Tsoory, S. G., Tomer, R., Berger, B. D., and Aharon-Peretz, J. (2003). Characterization of empathy deficits following prefrontal brain damage: the role of right ventromedial prefrontal cortex. Cogn. Behav. Neurol. 18, 55–67. doi: 10.1162/089892903321593063 ;

Shamay-Tsoory, S. G., Tomer, R., Berger, B. D., Goldsher, D., and Aharon-Peretz, J. (2005). Impaired affective theory of mind is associated with right ventromedial prefrontal damage. J. Cogn. Neurosci. 15, 1–14. doi: 10.1097/01.wnn.0000152228.90129.99

[32] Skeem, J. L., Polaschek, D., Patrick, C. J., and Lilienfeld, S. O. (2011). Psychopathic personality: bridging the gap between scientific evidence and public policy. Psychol. Sci. Public Interest 12, 95–162. doi: 10.1177/1529100611426706

[33] Fornari, U. (2012). Delitti Folli, Delitti di Folli. Torino: Espress Edizioni.

[34] Caretti, V., and Craparo, G. (2010). La personalità psicopatica. Sistemi Intelligenti XXII, 229–240. doi: 10.1422/32622

[35] Glenn, A., Raine, A., and Schug, R. (2009). The neural correlates of moral decision-making in psychopathy. Mol. Psychiatry 14, 5–6. doi: 10.1038/mp.2008.104

[36] Lavazza, A., and Sammicheli, L. (2012). Il Delitto del Cervello. La Mente tra Scienza e Diritto. Torino: Codice Edizioni.

[37] Harris, G. T., Skilling, T., and Rice, M. (2001). The construct of psychopathy. Crime Justice 28, 197–264. doi: 10.1086/652211

[38] Lilienfeld, S. O., and Arkowitz, H. (2007). What “Psychopath” Means. It is Not Quite What You May Think. Available online at: https://www.scientificamerican.com/article/what-psychopath-means/ (accessed May 30, 2021)

[39] Hare, R. D. (1991). The Hare Psychopathy Checklist – Revised. Toronto, ON: Multi-Health Systems.

[40] Hare, R. (1999). Without Conscience. New York, NY: Guilford Press, 166–177.

[41] Hare, R. D. (2003). Manual for the Revised Psychopathy Checklist, 2nd Edn. Toronto, ON: Multi-Health Systems.

[42] Coid, J., Yang, M., Ullrich, S., Roberts, A., Moran, P., Bebbington, P., et al. (2009). Psychopathy among prisoners in England and Wales’. Int. J. Law Psychiatry 32, 134–141. doi: 10.1016/j.ijlp.2009.02.008 ;

León-Mayer, E., Folino, J. O., Neumann, C., and Hare, R. D. (2015). The construct of psychopathy in a Chilean prison population. Braz. J. Psychiatry 37, 191–196. doi: 10.1590/1516-4446-2014-1540

[43] Gregory, S., Ffytche, D., Simmons, A., Kumari, V., Howard, M., Hodgins, S., et al. (2012). The antisocial brain: psychopathy matters: a structural mri investigation of antisocial male violent offenders. Arch. Gen. Psychiatry 69, 962–972. doi: 10.1001/archgenpsychiatry.2012.222

[44] Burgess, P. W., Gilbert, S. J., and Dumontheil, I. (2007). Function and localization within rostral prefrontal cortex (area 10). Philos. Trans. R. Soc. Lond. Ser. B Biol. Sci. 362, 887–899. doi: 10.1098/rstb.2007.2095

[45] Ardila, A., Bernal, B., and Rosselli, M. (2014). The elusive role of the left temporal pole (BA38) in language: a preliminary meta-analytic connectivity study. Int. J. Brain Sci. 2014:946039. doi: 10.1155/2014/946039

[46] Fazel, S., and Danesh, J. (2002). Serious mental disorder in 23000 prisoners: a systematic review of 62 surveys. Lancet 359, 545–550. doi: 10.1016/S0140-6736(02)07740-1

[47] Woodworth, M., and Porter, S. (2002). In cold blood: characteristics of criminal homicides as a function of psychopathy. J. Abnorm. Psychol. 111, 436–445. doi: 10.1037/0021-843X.111.3.436

[48] Chase, K. A., O’Leary, K. D., and Heyman, R. E. (2001). Categorizing partner-violent men within the reactive-proactive typology model. J. Consult. Clin. Psychol. 69, 567–572. doi: 10.1037/0022-006X.69.3.567

[49] Debowska, A., Boduszek, D., Dhingra, K., Willmott, D., Sherretts, N., and DeLisi, M. (2017). Can we use Hare’s psychopathy model within forensic and non-forensic populations? An empirical investigation. Deviant Behav. 39, 224–242. doi: 10.1080/01639625.2016.1266887

[50] Babiak, P., Neumann, C. S., and Hare, R. (2010). Corporate psychopathy: talking the walk. Behav. Sci. Law 28, 174–193. doi: 10.1002/bsl.925 ;

Hassall, J., Boduszek, D., and Dhingra, K. (2015). Psychopathic traits of business and psychology students and their relationship to academic success. Pers. Individ. Dif. 82, 227–231. doi: 10.1016/j.paid.2015.03.017

[51] Lilienfeld, S. O., Waldman, I. D., Landfield, K., Watts, A. L., Rubenzer, S., and Faschingbauer, T. R. (2012). Fearless dominance and the US presidency: implications of psychopathic personality traits for successful and unsuccessful political leadership. J. Pers. Soc. Psychol. 103, 489–505. doi: 10.1037/a0029392

[52] Boduszek, D., and Debowska, A. (2016). Critical evaluation of psychopathy measurement (PCL-R and SRP-III/SF) and recommendations for future research. J. Crim. Justice 44, 1–12. doi: 10.1016/j.jcrimjus.2015.11.004

[53] Boduszek, D., Debowska, A., and Willmott, D. (2017). “Psychopathic Personality Traits Model (PPTM): A new approach to defining psychopathy,” in Routledge International Handbook of Psychopathy and Crime, ed. M. DeLisi (Milton Park: Routledge Taylor & Francis Group).

[54] Intrator, J., Hare, R., Stritzke, P., Brichtswein, K., Dorfman, D., Harpur, T., et al. (1997). A brain imaging (single photon emission computerized tomography) study of semantic and affective processing in psychopaths. Biol. Psychiatry 42, 96–103. doi: 10.1016/S0006-3223(96)00290-9 ;

Shamay-Tsoory, S. G., Harari, H., Aharon-Peretz, J., and Levkovitz, Y. (2010). The role of the orbitofrontal cortex in affective theory of mind in criminal offenders with psychopathic tendencies. Cortex 46, 668–677. doi: 10.1016/j.cortex.2009.04.008

[55] Hirschtritt, M. E., Carroll, J. D., and Ross, D. A. (2018). Using neuroscience to make sense of psychopathy. Biol. Psychiatry 84, 61–63. doi: 10.1016/j.biopsych.2018.08.012

[56] De Oliveira-Souza, R., Hare, R. D., Bramati, I. E., Garrido, G. J., Azevedo, I. F., Tovar-Moll, F., et al. (2008). Psychopathy as a disorder of the moral brain: fronto-temporo-limbic grey matter reductions demonstrated by voxel-based morphometry. Neuroimage 40, 1202–1213. doi: 10.1016/j.neuroimage.2007.12.054

[57] Blair, R. J. R., Mitchell, D. G. V., and Blair, K. (2005). The Psychopath: Emotion and the Brain. Oxford: Blackwell.

[58] Marsh, A. A., and Cardinale, E. M. (2014). When psychopathy impairs moral judgments: neural responses during judgments about causing fear. Soc. Cogn. Affect. Neurosci. 9, 3–11. doi: 10.1093/scan/nss097

[59] Kiehl, K. A. (2006). A cognitive neuroscience perspective on psychopathy: evidence for paralimbic system dysfunction. Psychiatry Res. 142, 107–128. doi: 10.1016/j.psychres.2005.09.013

[60] Kiehl, K. A., Smith, A. M., Hare, R. D., Mendrek, A., Forster, B. B., Brink, J., et al. (2001). Limbic abnormalities in affective processing by criminal psychopaths as revealed by functional magnetic resonance imaging. Biol. Psychiatry 50, 677–684. doi: 10.1016/s0006-3223(01)01222-7

[61] Malatesti, L., and McMillan, J. (2010). “Defending PCL-R,” in Responsability and Psychopathy, eds L. Malatesti and J. McMillan (Oxford: Oxford University Press), 79–91.

[62] Deeley, Q., Daly, E., Surguladze, S., Tunstall, N., Mezey, G., Beer, D., et al. (2006). Facial emotion processing in criminal psychopathy. Preliminary functional magnetic resonance imaging study. Br. J. Psychiatry 189, 533–539. doi: 10.1192/bjp.bp.106.021410

[63] Dolan, M., and Fullam, R. (2006). Face affect recognition deficits in personality-disordered offenders: association with psychopathy. Psychol. Med. 36, 1563–1569. doi: 10.1017/S0033291706008634 ;

Hastings, M. E., Tangney, J. P., and Stuewig, J. (2008). Psychopathy and identification of facial expressions of emotion. Pers. Individ. Dif. 44, 1474–1483. doi: 10.1016/j.paid.2008.01.004 ;

Dadds, M. R., Hawes, D. J., Frost, A. D., Vassallo, S., Bunn, P., Hunter, K., et al. (2009). Learning to ‘talk the talk’: the relationship of psychopathic traits to deficits in empathy across childhood. J. Child Psychol. Psychiatry 50, 599–606. doi: 10.1111/j.1469-7610.2008.02058.x

[64] Raine, A. (2013). The anatomy of violence: The biological roots of crime. New York, NY: Pantheon/Random House.

[65] Rosvold, H. E., Mirsky, A. F., Sarason, I., Bransome, E. D., and Beck, L. H. (1956). A continuous performance test of brain damage. J. Consult. Psychol. 20, 343–350. doi: 10.1037/h0043220

[66] O’Driscoll, K., and Leach, J. P. (1998). “No longer Gage”: an iron bar through the head. Early observations of personality change after injury to the prefrontal cortex. BMJ 317, 1673–1674. doi: 10.1136/bmj.317.7174.1673a

[67] Miller, E. K., and Cohen, J. D. (2001). An integrative theory of prefrontal cortex function. Annu. Rev. Neurosci. 24, 167–202. doi: 10.1146/annurev.neuro.24.1.167 ;

Spinella, M. (2004). Neurobehavioral correlates of impulsivity: evidence of prefrontal involvement. Int. J. Neurosci. 114, 95–104. doi: 10.1080/00207450490249347 ;

Palijan, T. Z., Radeljak, S., Kovač, M., and Kovačević, D. (2010). Relationship between comorbidity and violence risk assesment in forensic psychiatry–the implicaton of neuroimaging studies. Psychiatr. Danub. 22, 253–256. ;

Soyoun, K., and Daeyeol, L. (2011). Prefrontal cortex and impulsive decision making. Biol. Psychiatry 69, 1140–1146. doi: 10.1016/j.biopsych.2010.07.005 ;

Boduszek, D., Debowska, A., and Willmott, D. (2017). “Psychopathic Personality Traits Model (PPTM): A new approach to defining psychopathy,” in Routledge International Handbook of Psychopathy and Crime, ed. M. DeLisi (Milton Park: Routledge Taylor & Francis Group).

[68] Aghajani, M., Klapwijk, E. T., van der Wee, N. J., Veer, I. M., Rombouts, S. A. R. B., Boon, A. E., et al. (2017). Disorganized amygdala networks in conduct-disordered juvenile offenders with callous-unemotional traits. Biol. Psychiatry 82, 283–293. doi: 10.1016/j.biopsych.2016.05.017

[69] Sah, P., Faber, E. S., Lopez De Armentia, M., and Power, J. (2003). The amygdaloid complex: anatomy and physiology. Physiol. Rev. 83, 803–834. doi: 10.1152/physrev.00002.2003

[70] LeDoux, J. (2007). The amygdala. Curr. Biol. 17, 868–874. doi: 10.1016/j.cub.2007.08.005

[71] Keune, P. M., Mayer, S. V., Jusyte, A., and Schonenberg, M. (2017). Frontal alpha asymmetry and callous-unemotional traits in imprisoned violent offenders: a pilot study. Psychophysiology 55:e12981. doi: 10.1111/psyp.12981

[72] Harmon-Jones, E., Gable, P. A., and Peterson, C. K. (2010). The role of asymmetric frontal cortical activity in emotion-related phenomena: a review and update. Biol. Psychol. 84, 451–462. doi: 10.1016/j.biopsycho.2009.08.010

[73] Peterson, C. K., Shackman, A. J., and Harmon-Jones, E. (2008). The role of asymmetrical frontal cortical activity in aggression. Psychophysiology 45, 86–92. doi: 10.1111/j.1469-8986.2007.00597.x

[74] Sajous-Turner, A., Anderson, N. E., Widdows, M., Nyalakanthi, P., Harenski, K., Harenski, C., et al. (2019). Aberrant brain gray matter in murderers. Brain Imaging Behav. 14, 2050–2061. doi: 10.1007/s11682-019-00155-y

[75] Hofhansel, L., Weidler, C., Votinov, M., Clemens, B., Raine, A., and Habel, U. (2020). Morphology of the criminal brain: gray matter reductions are linked to antisocial behavior in offenders. Brain Struct. Funct. 225, 2017–2028. doi: 10.1007/s00429-020-02106-6

[76] Pujol, J., Harrison, B. J., Contreras-Rodriguez, O., and Cardoner, N. (2018). The contribution of brain imaging to the understanding of psychopathy. Psychol. Med. 49, 20–31. doi: 10.1017/S0033291718002507

[77] Vermeij, A., Kempes, M. M., Cima, M. J., Mars, R. B., and Brazil, I. A. (2018). Affective traits of psychopathy are linked to white-matter abnormalities in impulsive male offenders. Neuropsychology 32, 735–745. doi: 10.1037/neu0000448

[78] Calzada-Reyes, A., Alvarez-Amador, A., Galan-Garcia, L., and Valdes-Sosa, M. (2020). Sex differences in QEEG in psychopath offenders. Clin. EEG Neurosci. 51, 146–154. doi: 10.1177/1550059419872414

[79] Saladino, V., Algeri, D., and Auriemma, V. (2020a). The psychological and social impact of Covid-19: new perspectives of well-being. Front. Psychol. 11:577684. doi: 10.3389/fpsyg.2020.577684

[80] Nascivera, N., Annunziato, T., Messina, M., Di Leva, A., Letterese, M., and Alfano, Y. M. (2019). Il grado zero dell’empatia: capacità empatiche e correlate neurali nella psicopatia. Phenom. J. 1, 76–82. doi: 10.32069/pj.2019.1.49

[81] Hare, R. D. (1991). The Hare Psychopathy Checklist – Revised. Toronto, ON: Multi-Health Systems.

[82] Baron-Cohen, S. (2011). The Science of Evil. On the Empathy and the Origins of Cruelty. New York, NY: Basic Books.

[83] Hare, R. D. (2003). Manual for the Revised Psychopathy Checklist, 2nd Edn. Toronto, ON: Multi-Health Systems.

[84] Coid, J., Yang, M., Ullrich, S., Roberts, A., Moran, P., Bebbington, P., et al. (2009). Psychopathy among prisoners in England and Wales’. Int. J. Law Psychiatry 32, 134–141. doi: 10.1016/j.ijlp.2009.02.008 ;

Lavazza, A., and Sammicheli, L. (2012). Il Delitto del Cervello. La Mente tra Scienza e Diritto. Torino: Codice Edizioni. ;

León-Mayer, E., Folino, J. O., Neumann, C., and Hare, R. D. (2015). The construct of psychopathy in a Chilean prison population. Braz. J. Psychiatry 37, 191–196. doi: 10.1590/1516-4446-2014-1540

[85] Gallese, V., and Goldman, A. (1998). Mirror neurons and the simulation theory of mind-reading. Trends Cogn. Sci. 2, 493–501. doi: 10.1016/S1364-6613(98)01262-5 ;

Preston, S. D., and de Waal, F. B. M. (2002). Empathy: its ultimate and proximate bases. Behav. Brain Sci. 25, 1–72. doi: 10.1017/S0140525X02000018

[86] Kober, H., Barrett, L. F., Joseph, J., Bliss-Moreau, E., Lindquist, K., and Wager, T. D. (2008). Functional grouping and cortical–subcortical interactions in emotion: a meta-analysis of neuroimaging studies. Neuroimage 42, 998–1031. doi: 10.1016/j.neuroimage.2008.03.059 ;

Craig, A. D. B. (2009). How do you feel—now? The anterior insula and human awareness. Nat. Rev. Neurosci. 10, 59–70. doi: 10.1038/nrn2555 ;

Duerden, E. G., and Albanese, M. C. (2011). Localization of pain-related brain activation: a meta-analysis of neuroimaging data. Hum. Brain Mapp. 34, 109–149. doi: 10.1002/hbm.21416 ;

Lindquist, K. A., Wager, T. D., Kober, H., Bliss-Moreau, E., and Barrett, L. F. (2012). The brain basis of emotion: a meta-analytic review. Behav. Brain Sci. 35, 121–202. doi: 10.1017/S0140525X11000446

[87] Danziger, N., Faillenot, I., and Peyron, R. (2009). Can we share a pain we never felt? Neural correlates of empathy in patients with congenital insensitivity to pain. Neuron 61, 203–212. doi: 10.1016/j.neuron.2008.11.023 ;

Zaki, J., Weber, J., Bolger, N., and Ochsner, K. (2009). The neural bases of empathic accuracy. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 106, 11382–11387. doi: 10.1073/pnas.0902666106

[88] De Oliveira-Souza, R., Hare, R. D., Bramati, I. E., Garrido, G. J., Azevedo, I. F., Tovar-Moll, F., et al. (2008). Psychopathy as a disorder of the moral brain: fronto-temporo-limbic grey matter reductions demonstrated by voxel-based morphometry. Neuroimage 40, 1202–1213. doi: 10.1016/j.neuroimage.2007.12.054

[89] Kiehl, K. A., Smith, A. M., Hare, R. D., Mendrek, A., Forster, B. B., Brink, J., et al. (2001). Limbic abnormalities in affective processing by criminal psychopaths as revealed by functional magnetic resonance imaging. Biol. Psychiatry 50, 677–684. doi: 10.1016/s0006-3223(01)01222-7 ;

Kiehl, K. A. (2006). A cognitive neuroscience perspective on psychopathy: evidence for paralimbic system dysfunction. Psychiatry Res. 142, 107–128. doi: 10.1016/j.psychres.2005.09.013

[90] Malatesti, L., and McMillan, J. (2010). “Defending PCL-R,” in Responsability and Psychopathy, eds L. Malatesti and J. McMillan (Oxford: Oxford University Press), 79–91.

[91] Raine, A. (2013). The anatomy of violence: The biological roots of crime. New York, NY: Pantheon/Random House.

[92] Miller, E. K., and Cohen, J. D. (2001). An integrative theory of prefrontal cortex function. Annu. Rev. Neurosci. 24, 167–202. doi: 10.1146/annurev.neuro.24.1.167 ;

Spinella, M. (2004). Neurobehavioral correlates of impulsivity: evidence of prefrontal involvement. Int. J. Neurosci. 114, 95–104. doi: 10.1080/00207450490249347 ;

Palijan, T. Z., Radeljak, S., Kovač, M., and Kovačević, D. (2010). Relationship between comorbidity and violence risk assesment in forensic psychiatry–the implicaton of neuroimaging studies. Psychiatr. Danub. 22, 253–256. ;

Soyoun, K., and Daeyeol, L. (2011). Prefrontal cortex and impulsive decision making. Biol. Psychiatry 69, 1140–1146. doi: 10.1016/j.biopsych.2010.07.005 ;

Boduszek, D., Debowska, A., and Willmott, D. (2017). “Psychopathic Personality Traits Model (PPTM): A new approach to defining psychopathy,” in Routledge International Handbook of Psychopathy and Crime, ed. M. DeLisi (Milton Park: Routledge Taylor & Francis Group).

[93] Sajous-Turner, A., Anderson, N. E., Widdows, M., Nyalakanthi, P., Harenski, K., Harenski, C., et al. (2019). Aberrant brain gray matter in murderers. Brain Imaging Behav. 14, 2050–2061. doi: 10.1007/s11682-019-00155-y ;

Hofhansel, L., Weidler, C., Votinov, M., Clemens, B., Raine, A., and Habel, U. (2020). Morphology of the criminal brain: gray matter reductions are linked to antisocial behavior in offenders. Brain Struct. Funct. 225, 2017–2028. doi: 10.1007/s00429-020-02106-6

[94] Keune, P. M., Mayer, S. V., Jusyte, A., and Schonenberg, M. (2017). Frontal alpha asymmetry and callous-unemotional traits in imprisoned violent offenders: a pilot study. Psychophysiology 55:e12981. doi: 10.1111/psyp.12981 ;

Calzada-Reyes, A., Alvarez-Amador, A., Galan-Garcia, L., and Valdes-Sosa, M. (2020). Sex differences in QEEG in psychopath offenders. Clin. EEG Neurosci. 51, 146–154. doi: 10.1177/1550059419872414

[95] Jones, S., Cisler, J., Morais, H., and Bai, S. (2018). Exploring neural correlates of empathy in juveniles who have sexually offended. Sex. Abuse 30, 82–103. doi: 10.1177/1079063216630980

[96] Hurlemann, R., Patin, A., Onur, O. A., Cohen, M. X., Baumgartner, T., and Metzler, S. (2010). Oxytocin enhances amygdala-dependent, socially reinforced learning and emotional empathy in humans. J. Neurosci. 30, 4999–5007. doi: 10.1523/JNEUROSCI.5538-09.2010

[97] Siever, L. J. (2008). Neurobiology of aggression and violence. Am. J. psychiatry 165, 429–442. doi: 10.1176/appi.ajp.2008.07111774

[98] Best, M., Williams, J. M., and Coccaro, E. F. (2002). Evidence for a dysfunctional prefrontal circuit in patients with an impulsive aggressive disorder. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 99, 8448–8453. doi: 10.1073/pnas.112604099 ;

Coccaro, E. F., McCloskey, M. S., Fitzgerald, D. A., and Phan, K. L. (2007). Amygdala and orbitofrontal reactivity to social threat in individuals with impulsive aggression. Biol. Psychiatry 62, 168–178. doi: 10.1016/j.biopsych.2006.08.024

[99] Tonkonogy, J. M., and Geller, J. L. (1992). Hypothalamic lesions and intermittent explosive disorder. J. Neuropsychiatry Clin. Neurosci. 4, 45–50. ;

Ito, M., Okazaki, M., Takahashi, S., Muramatsu, R., Kato, M., and Onuma, T. (2007). Subacute postictal aggression in patients with epilepsy. Epilepsy Behav. 10, 611–614. doi: 10.1016/j.yebeh.2007.02.016

[100] Raine, A., Ishikawa, S. S., Arce, E., Lencz, T., Knuth, K. H., Bihrle, S., et al. (2004). Hippocampal structural asymmetry in unsuccessful psychopaths. Biol. Psychiatry 55, 85–91. doi: 10.1016/s0006-3223(03)00727-3

[101] Keune, P. M., Mayer, S. V., Jusyte, A., and Schonenberg, M. (2017). Frontal alpha asymmetry and callous-unemotional traits in imprisoned violent offenders: a pilot study. Psychophysiology 55:e12981. doi: 10.1111/psyp.12981 ;

Raine, A. (2018). The neuromoral theory of antisocial, violent, and psychopathic behavior. Psychiatry Res. 27, 64–69. doi: 10.1016/j.psychres.2018.11.025

[102] National Institute of Mental Health (2011). Sex differences in brain, behavior, mental health and mental disorders. Bethesda, MD: National Institute of Mental Health. ;

Zagni, E., Simoni, L., and Colombo, D. (2016). Sex and gender differences in central nervous system-related disorders. Neurosci. J. 2016:2827090. doi: 10.1155/2016/2827090

[103] Edwards, B. G., Ermer, E., Salovey, P., and Kiehl, K. A. (2019b). Emotional intelligence in incarcerated female offenders with psychopathic traits. J. Pers. Disord. 33, 370–393. doi: 10.1521/pedi_2018_32_349 ;

Calzada-Reyes, A., Alvarez-Amador, A., Galan-Garcia, L., and Valdes-Sosa, M. (2020). Sex differences in QEEG in psychopath offenders. Clin. EEG Neurosci. 51, 146–154. doi: 10.1177/1550059419872414

[104] Hornsveld, R. H. J., Zwets, A. J., Leenaars, E. P. E. M., Kraaimaat, F. W., Bout, R., Lagro-Janssen, T. A. L. M., et al. (2018). Violent female offenders compared with violent male offenders on psychological determinants of aggressive behavior. Int. J. Offender Ther. Comp. Criminol. 62, 450–467. doi: 10.1177/0306624X16648109 ;

Edwards, B. G., Carre, J. R., and Kiehl, K. A. (2019a). A review of psychopathy and Cluster B personality traits and their neural correlates in female offenders. Biol. Psychol. 148:107740. doi: 10.1016/j.biopsycho.2019.107740 ;

Thomson, N. D., Vassileva, J., Kiehl, K. A., Reidy, D., Aboutanos, M., McDougle, R., et al. (2019). Which features of psychopathy and impulsivity matter most for prison violence? New evidence among female prisoners. Int. J. Law Psychiatry 64, 26–33. doi: 10.1016/j.ijlp.2019.01.001

[105] Saladino, V., Mosca, O., Lauriola, M., Hoelzlhammer, L., Cabras, C., and Verrastro, V. (2020c). is family structure associated with deviance propensity during adolescence? The role of family climate and anger dysregulation. Int. J. Environ. Res. Public Health 17:9257. doi: 10.3390/ijerph17249257

[106] Lamm, C., Decety, J., and Singer, T. (2011). Meta-analytic evidence for common and distinct neural networks associated with directly experienced pain and empathy for pain. Neuroimage 54, 2492–2502. doi: 10.1016/j.neuroimage.2010.10.014

[107] Saladino, V., Hoelzlhammer, L., and Verrastro, V. (2020b). Criminality, substance abuse and problematic family relations in adolescence. J. Addict. Med. Ther. Sci. 6, 016–020. doi: 10.17352/2455-3484.000031

[108] Hetherington, E. M. (1987). “Family relations six years after divorce,” in Remarriage and Stepparenting: Current Research and Theory, eds K. Pasley and M. Ihinger-Tallman (New York, NY: The Guilford Press), 185–205. ;

Massarwi, A. A., and Khoury-Kassabri, M. (2017). Serious physical violence among Arab-Palestinian adolescents: the role of exposure to neighborhood violence, perceived ethnic discrimination, normative beliefs, and, parental communication. Child Abus. Negl. 63, 233–244. doi: 10.1016/j.chiabu.2016.11.002

[109] Auriemma, V., Iorio, G., Roberti, G., and Morese, R. (2020). Cyberbullying and empathy in the age of hyperconnection: an interdisciplinary approach. Front. Sociol. 5:551881. doi: 10.3389/fsoc.2020.551881

[110] Sajous-Turner, A., Anderson, N. E., Widdows, M., Nyalakanthi, P., Harenski, K., Harenski, C., et al. (2019). Aberrant brain gray matter in murderers. Brain Imaging Behav. 14, 2050–2061. doi: 10.1007/s11682-019-00155-y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.